5 règles d'or pour embaucher sa nounou en toute sérénité

“Ah! Si j’avais su!” Une phrase que j’ai bien dû prononcer dix fois avant de tirer les leçons de mes erreurs... Pour vous éviter de connaître les mêmes déboires, voici quelques astuces issues de ma longue et tumultueuse expérience d’employeur de nounous !


 
Règle 1 : dresser le portrait robot de sa nounou
On veut toutes la même nounou! Patiente, pédagogue, expérimentée, câline, ponctuelle, polyglotte, souriante... et naturellement, surdiplômée en psychologie infantile. Seul hic? La nounou parfaite version Mary Poppins n’existe pas ! A vous de définir vos priorités et de lister vos critères non négociables. Véhiculée, flexible, bonne cuisinière etc. Lorsque j’ai embauché ma première nounou, j’avais un enfant de deux ans et un nourrisson. La première qualité de ma liste à l’époque était donc “expérimentée”. Aujourd’hui, j’ai trois enfants de six à onze ans et l’expérience de la nounou ne fait plus partie de mes exigences absolues. A cet âge, un peu de bon sens suffit pour faire face au quotidien avec eux ! En revanche, qu’elle soit fan d’activités manuelle est pour moi indispensable !
Règle 2 : mener un interrogatoire par téléphone
Si comme moi vous avez des journées marathons, un conseil : présélectionnez avec soin les candidates potentielles par téléphone. Rien de plus agaçant que de s’apercevoir après une heure d’entretien que vos dates de vacances d’été sont incompatibles ou qu’elle n’a pas le permis de conduire alors que vous habitez loin de l’école... Des détails cruciaux que vous auriez pu vérifier en cinq minutes lors du premier échange téléphonique. Dommage! 
Règle 3 : jouer la carpe pendant l'entretien
Je me souviens encore d’un de mes premiers entretiens avec une nounou potentielle : j’ai eu le malheur de préciser que je cherchais avant tout une personne souriante. Grave erreur ! La pauvre s’est sentie obligée de sourire à s’en décrocher la mâchoire pendant tout le reste de l’entretien... A tel point que mon mari et moi avons eu l’impression d’être face à une psychopathe ! Depuis, j’ai appris à me taire ! Moins on en dit, plus on en apprend sur la candidate car elle évite de se conformer de façon artificielle à nos fantasmes...
Règle 4 : mener l'enquête avant de signer le contrat

Vous fier à une lettre de recommandation c’est un peu léger... Parole d’experte ! Avez-vous déjà lu une lettre de recommandation négative ? Le seul moyen de savoir exactement à qui vous avez à faire, c’est de décrocher votre téléphone pour appeler au moins deux de ses anciens employeurs. Et là, tirez-leurs les vers du nez ! Ne vous contentez jamais d’un “Ah oui elle est super!”. Tout le monde a ses petits défauts... “Elle est un peu susceptible”, “elle est un tantinet rigide”, “elle a tendance à ne pas mettre le nez dehors quand il fait froid”...  autant connaître ses petits travers à l’avance afin de déterminer s’il sont rédhibitoires pour vous.

Règle 5 : passer tous les détails du poste à la loupe

OSEZ aborder TOUS les points importants. On a trop tendance à ne pas vouloir décourager sa future nourrice en étant trop pointilleuse. Pourtant, s’il est primordial pour vous que vos enfants sortent au moins une fois par jour, ne regardent jamais la TV et ne suçent pas de bonbons (et surtout pas après 17h!), dites-le tout de suite et très clairement pour éviter les conflits. Idem pour les tâches annexes à la garde d’enfants : si vous souhaitez que Bout d’chou ne mange que des produits fraichement cuisinés, inscrivez-le noir sur blanc dans votre contrat. Au risque de vous faire gentiment envoyer sur les roses par Super Nanny quand vous oserez une remarque sur les poissons-pânés du lundi et les raviolis en boîte du mardi...