Congé parental et rôle du papa...

Serait-il possible que notre société actuelle s’imagine toujours que s’occuper de son bébé en tant que père, c’est réduire son rôle à changer des couches ?

On peut facilement affirmer que nous connaissons tous l’importance d’une mère dans la vie de son enfant. En revanche, en ce qui concerne celle de son géniteur les avis convergent souvent. Bien sûr, on lui accorde le droit de payer les factures et de nourrir la famille, mais quand il s’agit du rôle du père dans les soins et l’éducation du jeune enfant, c’est tout autre chose et les stéréotypes fusent dès qu’on aborde le sujet. Souvent, on limite leur fonction à des gestes pratiques comme changer les couches, donner le biberon, pousser la poussette… À croire qu’un père, c’est juste deux mains de plus pour une mère.

La question suivante se pose alors : quelle est vraiment l’influence paternelle sur le développement du bébé au cours de ses premières années de la vie ?

Un bébé est un « être de relation ». Il s’attache dès la naissance à la personne qui s’occupe de lui car elle est source, pour lui, d’un sentiment de protection et de réconfort. Ce lien affectif appelé « attachement » constitue la base du développement social, affectif et même cognitif ultérieur. Il représente l’un des besoins primaires du jeune enfant. Il est vital et nécessaire à sa survie. Attaché à une base solide et de sécurité qui est sa mère, il pourra croître et s’autonomiser. S’attacher signifie donc établir des liens affectifs étroits avec l’autre. 

Un bébé ne formera pas des liens d'attachement qu’avec sa mère, mais avec toute personne prenant soin de lui. Ces liens ne sont pas en compétition, mais ils obéissent à une hiérarchie. Souvent, la mère représente pour le bébé une figure d’attachement primaire. Mais quand la mère est par exemple absente, le père (une figure d’attachement secondaire) peut combler son absence et procurer un sentiment de sécurité au bébé pour le calmer. Ainsi, la mère se sent aidée et n’a plus l’impression de devoir être omniprésente pour son bébé. Le père élargit en quelque sorte la relation mère-enfant et cela évite que cette relation ne devienne fusionnelle. Parallèlement à la relation intense avec sa mère, le bébé fait donc l’expérience d’une autre relation — celle avec papa. Cette ouverture à l’autre permettra à l’enfant de s’ouvrir au fur et à mesure au monde et de sortir justement d’une relation mère-enfant qui semble souvent exclusive.
 

Des études ont démontré que les enfants ayant des pères qui s’occupent activement et régulièrement d’eux, développent un attachement dit « sécurisant ». Ce type d’attachement favorise l’autonomie de l’enfant et lui permet d’explorer librement et sans peur le monde. Jouer avec papa est également un facteur important dans l’envie de découvrir le monde chez le bébé. En jouant, le bébé est confronté incessamment au monde extérieur mais aussi à lui-même. La situation du jeu est le moment idéal pour faire des expériences qui sont importantes pour le développement psychique du bébé comme l’interaction avec l’autre. Un père qui se montre sensible dans le jeu avec son bébé, l’aidera à apprendre quelque chose de nouveau tout en se sentant en sécurité. Ceci a un effet positif sur la curiosité du bébé.
 

Pour certains hommes, il n’est pas facile de trouver leur place de père dans la famille mais aussi dans notre société actuelle. D’une part, on juge souvent que s’occuper d’un bébé, c’est uniquement une affaire de femme ce qui confronte le père à ce dilemme : « comment être père tout en restant un homme ? », et d’autre part il semble qu’on n’accorde justement pas une réelle importance à l’implication du père dans les soins du bébé pendant les trois premières années de sa vie. À croire qu’il serait probablement mieux qu’un père prenne son congé parental plus tard comme par exemple au moment de la crise d’ado. C’est à dire, quand on aurait vraiment besoin de lui…
 

Les premières années de la vie d’un enfant ne devraient pas dépendre uniquement de la responsabilité de la mère. D’ailleurs, un bébé sait différencier le père de la mère dès le troisième mois. Être parents, c’est agir en équipe soudée pour le bien de l’enfant et ceci dès sa naissance. Il ne faut surtout pas sous-estimer l’importance du père pour le développement du bébé. Les papas qui l’ont compris savent en tout cas que même changer des couches n’est pas une corvée mais un geste pour aider son bébé à se sentir mieux et aimé…
 
Crédit photo : Igor Stepovik - Fotolia.com