Votre enfant adopté vient d’arriver : les précautions à prendre

Vous revenez du pays d’origine de votre enfant avec lui dans l’avion, il est un peu désorienté mais très heureux d’être avec vous, de découvrir sa chambre et ses jouets, ses frères et sœurs éventuels, il apprend la langue très vite et vous pouvez déjà communiquer avec lui, tout semble donc bien se passer… Y a-t-il cependant des précautions à prendre ? Des comportements à privilégier ?

Tout d’abord, ne précipitez pas la présentation de l’enfant à toute la famille, à tout le voisinage… A la fois pour que l’enfant ne se sente pas noyé dans un flot de visages neufs, mais surtout pour qu’il ait le temps de bien « nidifier » dans votre famille, sans être tenté de partir plutôt avec la sympathique voisine ou la tante généreuse … Votre enfant a besoin de vous, de calme et de temps.
Faites une exception pour les grands-parents, dont l’accueil est très important pour enraciner l’enfant dans votre famille. Mais mettez un délai avant de recevoir les oncles tantes et cousins, expliquez-leur pourquoi et laissez passer quelques mois. Vous vous rattraperez ensuite, car lorsque l’enfant sera bien installé chez vous son accueil dans la famille élargie sera essentiel pour son intégration, son sentiment d’appartenance à votre famille, sa sécurité intérieure.

Pour la même raison, ne vous pressez pas de le scolariser, profitez à plein temps de votre congé adoption, et faites avec lui des activités quotidiennes, paisibles, agréables… Se promener la main dans la main et commenter ce qu’on voit, c’est une agréable manière d’apprendre la langue. Réaliser ensemble un gâteau au yaourt, jouer au ballon ou à un jeu de société, quel plaisir ! Feuilleter l’album des photos prises ou reçues pendant la période où on l’attendait, autre activité qui installe l’enfant dans une histoire partagée. S’il exprime l’envie d’aller à l’école et d’y avoir des copains, négociez une inscription à temps partiel avec le directeur d’école, sur la fin de votre congé, de manière à constituer une transition douce. Et insistez pour qu’on l’inscrive encore en maternelle grande section s’il a six ans et n’a jamais été scolarisé ! Ne le mettez pas en difficulté au CP sous prétexte qu’il a l’âge du CP ! Là encore, laissez lui du temps…

Enfin, et ce sera mon dernier conseil pour aujourd’hui, ne cherchez pas à lui faire des surprises, au contraire. Annoncez à l’avance ce qui va se passer, soyez routinier et respectez fidèlement ce que vous lui avez annoncé, afin qu’il prenne confiance en vous. Pour beaucoup d’enfants au passé chaotique, une surprise, c’est en général une mauvaise surprise, un changement de vie, et cela fait peur… Que va-t-il m’arriver encore ? Vais-je être ré-abandonné ? Partir avec de nouveaux parents ? Qui sont-ils, ceux qui viennent d’arriver en voiture, est-ce pour m’emmener ? Aussi la routine quotidienne est-elle rassurante pour l’enfant, à telle heure c’est la toilette, à telle heure c’est le dîner, à telle heure le coucher, ce que les parents disent ils le font, on peut leur faire confiance.

    Le premier sentiment à installer chez votre enfant, c’est un sentiment de sécurité !

NB : Mamans non adoptives qui me lisez peut-être, pensez-y s’il y a des enfants adoptés dans votre entourage : ils aiment rarement qu’on leur pose des questions sur leur pays d’origine, sur leur adoption, traitez-les comme tout autre enfant et ne vous précipitez pas sur eux pour les cajoler … Le lien est fragile au départ, il demande de la discrétion dans l’entourage.

Crédit photo : goodluz - Fotolia.com