Émotif, sensible, empathique... Quand l'enfant déborde d'émotions

L'enfant émotif exprime plus facilement ses émotions, qu'elles soient positives ou au contraire négatives, et semble plus faire attention à ce qu'il se passe autour de lui. Qu'est-ce que cela traduit ? Comment l'encourager à maîtriser ses émotions ? On fait le point avec la psychologue clinicienne Léa Gouz-Cymerman.

Émotif, sensible, empathique... Quand l'enfant déborde d'émotions
© Samantha Ireland - 123RF

Dès que vous haussez un peu le ton, votre enfant est au bord des larmes, semble un peu plus susceptible que les autres enfants ou est régulièrement à fleur de peau. Si ces réactions, a priori extrêmes, sont simplement des traits de sa personnalité, elles peuvent parfois traduire un mal-être ou une souffrance intérieure. Que faut-il comprendre de son état ? La psychologue clinicienne Léa Gouz-Cymerman nous aide à y voir plus clair.

Pourquoi est-il émotif ?

Un enfant émotif fait plus attention à ce qui se passe autour de lui et développe ainsi une plus forte empathie

Selon les enfants, le degré d'émotivité est plus ou moins grand. "L'émotivité ou l'hypersensibilité n'est ni un diagnostic, ni une pathologie. Il s'agit d'un trait de caractère que peuvent avoir certains enfants, rassure Léa Gouz-Cymerman. Un enfant "trop sensible" peut réagir de manière excessive, avoir des émotions décuplées en réponse à une stimulation extérieure ou à une situation de changement, être souvent à fleur de peau ou au bord des larmes", poursuit-elle. Qu'est-ce que cela traduit ? Tout d'abord, "il est important de différencier une sensibilité comme un trait de caractère de l'enfant avec lequel il faut essayer de vivre, et une hypersensibilité ou une trop grande émotivité comme un signe d'un enfant angoissé", précise la psychologue, avant d'ajouter qu'il est nécessaire de "voir si cette trop grande sensibilité ne cache pas des angoisses sous-jacentes ou un mal-être chez l'enfant" (difficultés scolaires, harcèlement, moqueries, problèmes d'intégration…). Par ailleurs, il faut vérifier que ces angoisses ne soient pas liées à des vécus douloureux passés (perte d'un proche, dépression d'un parent, divorce des parents, tensions familiales...). Mais, rassurez-vous, lorsqu'ils sont petits, tous les enfants ont du mal à maîtriser leurs émotions et à gérer leur frustration et les contrariétés. Et au fur et à mesure que l'enfant grandit et grâce aux différentes expériences de l'école ou de sa vie privée, il apprend à gérer l'ensemble des émotions qui affluent en lui. En revanche, certains enfants gardent en eux cette émotivité et ont tendance à faire plus attention à ce qui se passe autour d'eux ou développent une plus forte empathie et une plus forte réactivité émotionnelle. Il n'y a absolument rien d'anormal. Mais pour libérer leurs émotions, peut-être auront-t-ils davantage besoin d'être accompagnés...

Comment l'encourager à exprimer ses émotions ?

Plutôt que de le disputer, de tourner son attitude en ridicule ou de perdre patience lorsqu'il manifeste des réactions disproportionnées, essayez de comprendre l'origine de sa grande émotivité. Autrement dit, "pourquoi l'enfant a-t-il eu une réaction démesurée et a-t-il pris la remarque ou la situation à cœur ?", conseille la psychologue. A-t-il récemment connu un changement dans sa vie ? Depuis quand se montre-il trop sensible ? Cela ne cache-t-il pas des angoisses sous-jacentes que l'enfant a du mal à exprimer ? Aidez-le donc à extérioriser ses émotions par des mots - même si vous les trouvez violents ou impulsifs - ou des larmes : cela pourrait l'aider à évacuer le trop-plein d'émotions. L'idée n'est pas de le plaindre, mais de lui montrer que vous comprenez ce qu'il ressent. De même, s'il se vexe ou s'il est blessé après une remarque que vous lui faites, tentez de lui expliquer la situation avec des mots simples et adaptés à son âge, montrez-vous rassurant et dites-lui que vous comprenez sa peine ou sa colère.

Surtout, au lieu de lui coller une étiquette d'"enfant hypersensible", aidez-le à s'appuyer sur les atouts qui vont avec ce trait de caractère, qui peut aussi être le signe d'une grande intelligence émotionnelle. Alors, tentez de le valoriser en lui expliquant que le fait d'être trop sensible peut aussi être une force : étant plus réceptif que la moyenne, l'enfant hypersensible est généralement plus attentif aux autres, et est tout à fait capable d'utiliser cette sensibilité pour développer sa créativité artistique par exemple, construire des relations riches et profondes avec les autres et développer une grande capacité d'écoute. Enfin, des activités artistiques (dessin, peinture, chant…) ou sportives (arts martiaux, danse, sports collectifs...) peuvent lui apprendre à gérer son stress et l'aider à lui faire exprimer ses ressentis. La méditation, le yoga ou la sophrologie peuvent, dans certains cas, aider l'enfant à se relaxer et à canaliser son énergie.

Consultez lorsque c'est (vraiment) nécessaire

Si les comportements de votre enfant sont vraiment difficiles à vivre au quotidien ou si après lui avoir parlé, vous ne parvenez toujours pas à déterminer la cause de sa souffrance, vous pouvez aller consulter un psychologue ou un pédopsychiatre, afin qu'il évalue les difficultés de votre enfant et ainsi voir s'il n'existe pas quelque chose de plus profond, comme des angoisses ou une déprime. Il pourra aussi vous apporter des conseils. "Les premières consultations thérapeutiques se font dans un premier temps avec l'enfant accompagné de ses parents afin d'évaluer si l'enfant a besoin ou non d'un suivi individuel par la suite", conclut-elle.

Merci à la psychologue clinicienne Léa Gouz-Cymerman

© Editions Leduc

Un livre pour les parents. Que faire quand son enfant se sent débordé par ses émois ? Comment réagir face à leurs peurs, leurs colères ou leurs peines ? Que faut-il comprendre de son état ? Co-écrit par la psychothérapeute Catherine Aimelet-Périssol, spécialiste des émotions, le livre "Émotions, quand c'est plus fort que lui !" aux Editions Leduc, donne des conseils pour les parents et des outils simples et concrets pour aider l'enfant à redonner du sens à ses émotions, à mieux les accueillir, à les comprendre et à les apprivoiser au quotidien. Ce livre apporte aussi des témoignages de parents, des schémas clairs et limpides pour comprendre comment une émotion se diffuse dans le corps et l'esprit, ou encore des exercices pour analyser les comportements de son enfant. 

© Emoticartes

Un jeu pour les enfants. Mises au points par le sophrologue Patrice IACOVELLA en collaboration avec des thérapeutes, des enseignants et des éducateurs, les Emoticartes est un jeu qui aide les enfants à mieux gérer leurs émotions face à plusieurs types d'événements. A travers différentes cartes – des rouges pour les émotions désagréables (agitation, colère, ennui, frustration, tristesse…) et des jaunes pour les émotions agréables (joie, plaisir, calme, confiance en soi…), qui expliquent ce que l'enfant ressent quand il est dans cet état. Les cartes bleues proposent de petits exercices de méditation ou de relaxation pour se sentir bien. Destiné aux plus de 5 ans, ce jeu va permettre à l'enfant de nommer ses émotions, d'avoir une meilleure estime de lui-même, gérer son stress en fonction des différentes situations qu'il peut rencontrer. (20 euros, en commande sur www.emoticartes.com et sur Amazon)

Lire aussi :