Les élèves bientôt formés aux gestes de premiers secours

Le gouvernement souhaite former 80% de la population aux gestes de premiers secours. Et ce dès le premier degré, avec plusieurs niveaux adaptés à l'âge des écoliers. Explications.

Les élèves bientôt formés aux gestes de premiers secours
© kasto-123rf

Voici une mesure qui aurait dû être mise en place depuis bien longtemps. La formation des élèves aux gestes qui sauvent, pourrait être prochainement appliquée dans les classes, dès le premier degré. Actuellement, seulement 20 % de la population française a suivi une formation aux gestes de premiers secours et 50 % des élèves de troisième ont bénéficié de la formation "prévention et secours civiques de niveau 1" (PSC1), précise le rapport du ministère de la Santé "Priorité Prévention" remis ce 26 mars lors du Comité interministériel pour la Santé. L'objectif : former 80% de la population aux gestes de premiers secours, d'ici la fin du quinquennat, assure Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur. Celui-ci pilotera ce travail interministériel et établira les modalités d'application d'ici fin 2018. Une bonne nouvelle qui permettra sans doute à chacun d'avoir les bons réflexes pour bien réagir lors de situations d'urgence, et ainsi sauver des vies. 

En fonction de leur âge, les élèves suivront des formations adaptées. Dans le premier degré par exemple, dès les classes de maternelle et de primaire, le dispositif "apprendre à porter secours" sera abordé. Dans le second degré, les élèves de sixième apprendront les "gestes qui sauvent" et les classes de troisième porteront leur attention sur la formation PCS 1. Dans l'enseignement supérieur, un "rattrapage" sera proposé pour les étudiants n'ayant pas été formés au PCS1 et ceux déjà formés bénéficieront d'une révision des connaissances acquises. Par ailleurs, "cette mesure sera accompagnée d'un accès facilité aux défibrillateurs automatisés externes sur l'ensemble du territoire par une géolocalisation accrue", précise le rapport.

Les étudiants également formés aux premiers secours en santé mentale. Cette autre mesure vise à apprendre aux étudiants à réagir en cas de détresse psychique, qui nécessitent une intervention précoce. En effet, les prises en charge trop tardives peuvent entraîner des troubles sévères et chroniques. Ainsi, les élèves apprendront à entrer en contact avec leur camarade en souffrance, à le soutenir et à l'orienter. Inspirée du programme "mental health first aid", mis en place dans 20 autres pays, cette formation devrait aider à mieux connaitre et repérer les troubles psychiques et à mieux réagir en cas de problème ou de crise. Pour l'heure, un projet pilote de formation sera mise en oeuvre auprès d'étudiants.

Lire aussi