Jouets, télécommandes : attention au risque d'ingestion de piles bouton

Chaque année en France, plus de 1 200 visites aux urgences sont dues à l'ingestion de piles bouton. On les trouve dans les montres, les clefs, mais aussi les jouets. Explications.

Jouets, télécommandes : attention au risque d'ingestion de piles bouton
© Daniel Jędzura - 123RF

"Des cas d'ingestion de piles boutons ont été signalés par les centres antipoison", indique un communiqué du mercredi 13 décembre de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), la Direction générale de la santé (DGS) et l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses). L'occasion d'appeler les parents à la vigilance en évitant les appareils électroniques à risque et à adopter les bons réflexes si cet incident se produit. En France, plus de 1 200 visites aux urgences sont liées à l'ingestion de piles boutons chaque année. Rien de surprenant lorsqu'on sait que de nombreux objets comme les jouets ou les télécommandes peuvent contenir des piles, rondes, plates et de petites tailles, aussi appelées piles-bouton. Une de ces piles avalées par un jeune enfant "représente un danger grave pour les enfants, même en l'absence d'obstruction des voies respiratoires" et peut "entraîner en quelques heures la formation de lésions potentiellement mortelles [dues] à la libération des substances toxiques dans l' œsophage", alerte le communiqué. Ce type d'accident domestique concerne surtout les petits de moins de 5 ans.

Mieux prévenir ces accidents. La DGCCRF, la DGS et l'Anses rappellent aux parents certains réflexes pour éviter les risques en cas d'ingestion. Ainsi, il est important de vérifier la sécurité des jouets, mais également celle des objets du quotidien, non destinés aux enfants et non soumis à des obligations réglementaires strictes, comme les montres, les clefs de voiture, les télécommandes, les calculatrices ou les appareils auditifs. Concernant les jouets, le communiqué rappelle que ces derniers "sont soumis à des exigences strictes et notamment de non-accessibilité des piles, imposées par la législation européenne", c'est-à-dire que le compartiment des piles ne doit pas pouvoir être ouvert par un enfant, ni s'ouvrir ou se casser si l'objet tombe.

A l'approche des fêtes de Noël, l'Autorité de protection des consommateurs (DGCCRF) renforce les contrôles et les analyses en laboratoire de la sécurité des jouets mis sur le marché : l'an dernier, sur 107 jouets électrique contrôlés, "les piles étaient accessibles pour 5 d'entre eux, dont 3 hand-spinners lumineux qui ont été retirés du marché", précise la Répression des fraudes, avant d'ajouter que "ces toupies à main importées massivement et à bas coût semblent plus susceptibles de présenter des risques". Les parents sont ainsi appelés à surveiller que les piles de ce type de jouets ne soient pas "facilement accessibles" (présence de vis ou nécessité d'accomplir deux manœuvres indépendantes pour l'ouvrir). Dans le cas contraire, veillez à "ne pas laisser l'objet les contenant à disposition d'un enfant", préconisent les autorités.

En cas d'ingestion d'une pile bouton, même supposée, contactez le 15 ou un centre antipoison, en expliquant à votre interlocuteur qu'il s'agit potentiellement d'un risque d'ingestion d'une pile bouton. 

Lire aussi :