Faut-il le laisser croire au Père Noël ?

Entretenir le mythe ? Être complètement honnête ? Comment annoncer à son enfant qu'il n'existe pas ? La tradition du Père Noël soulève bien des questions. On fait le point avec la psychanalyste Virginie Bapt.

Faut-il le laisser croire au Père Noël ?
© Dolgachov - 123RF

Ah, le Père Noël, son gentil renne Rudolphe, sa tanière en Laponie et sa ribambelle de petits lutins ! Chaque Noël, votre enfant vous en parle avec des yeux grands écarquillés ! Mais, au-delà du personnage à la barbe blanche et de sa hotte remplie de cadeaux, le Père Noël est un symbole qui marque l'enfance et qui aide à grandir. Alors, faut-il laisser son enfant y croire ou au contraire, jouer la carte de la vérité ? "Plus que le fait de lui avouer si le Père Noël existe ou non, le plus important est de lui transmettre ce que Noël signifie dans sa famille", souligne la psychanalyste Virginie Bapt qui nous aide à y voir plus clair…

Le Père Noël, un rite qui aide l'enfant à grandir

"L'essentiel est de réfléchir aux valeurs que l'on veut transmettre à notre enfant"

"Maman, Papa, comment il fait le Père Noël pour m'apporter mes cadeaux si on n'a pas de cheminée ?", "Aura-t-il assez d'une nuit pour distribuer les jouets à tous les enfants du monde ?", "A-t-il bien reçu ma lettre ?"… A l'approche des fêtes de fin d'année, votre enfant vous pose tout un tas de questions sur l'homme en rouge et il n'est pas toujours évident de satisfaire sa curiosité. Pire encore, il est à deux doigts de démasquer Tonton René qui, chaque année, enfile un costume de velours rouge et une longue barbe bouclée. Alors, comment lui répondre sans pour autant avoir la désagréable sensation de lui mentir ? Il y a deux écoles : les parents qui jouent le jeu et ceux qui préfèrent être complètement transparents avec leurs enfants. Pour Virginie Bapt, le plus important est de "croire en ce qui peut nous ressembler, en tant que famille, et de réfléchir aux valeurs que l'on veut transmettre à son enfant". Si pour les parents, il est impossible de faire ce qu'ils considèrent comme un mensonge, mieux vaut lui expliquer délicatement la vérité. En revanche, s'ils sont à l'aise avec l'idée du Père Noël, cette tradition qui a enchanté leur enfance, entretenir le mythe "contribuera à mettre du merveilleux dans la famille", se réjouit la spécialiste, qui précise que "ce sera à l'enfant de décider du degré de concret qu'il donne à cette légende". Dans tous les cas, il faut réfléchir à ce qui est bon pour l'enfant, respecter sa sensibilité, son âge et sa maturité pour savoir quand et comment lui dire. S'il émet des doutes ou se pose des questions, répondez-y en toute sincérité et ne cherchez pas à faire durer le mystère à tout prix. Sans en faire des tonnes jusqu'à laisser quelques carottes pour les rennes et des traces de suif pour sous-entendre la venue du Père Noël, perpétuer cette légende qui participe à la féerie de décembre est "un rite de passage qui contribue au bien-être psychique de l'enfant", explique l'experte, qui ne manque pas de rappeler "qu'en plus d'être ancré dans l'imaginaire collectif, il fait partie intégrante du développement de l'enfant et l'aide à grandir".

Conserver une part d'imaginaire

Ne pas vouloir mentir à son enfant, voici sûrement la principale motivation qui pousse certains parents à ne pas adhérer au mythe du Père Noël "que ce soit pour des raisons morales, des convictions éducatives ou des croyances religieuses", précise l'experte. Souvent, on a tendance à projeter sur l'enfant, ce que nous avons ressenti quand nous avons découvert le caractère fictif du Père Noël. Et en fonction de sa propre expérience, on a plus ou moins peur de la réaction de son enfant. Oui, lorsqu'il prendra conscience que le Père Noël n'existe pas et que ce sont ses parents qui lui achètent les cadeaux, sa désillusion sera certainement grande, il risque de pleurer, d'avoir honte ou même d'être vexé que vous lui ayez menti. Car découvrir que tout ceci est fictif revient à se dire que tous nos souhaits ne peuvent pas toujours être exaucés. Mais, la plupart des enfants l'acceptent bien, sont même honorés d'avoir découvert le pot-aux-roses et de faire partie de "ceux qui savent", les grands en somme. En effet, ce mythe, et c'est pour cela qu'il fascine tant, est voué à disparaître en grandissant. Donc rassurons-nous, ne plus croire au Père Noël à un jeune âge n'est pas pour autant nuisible à l'enfant. Ce dernier fabulera et inventera d'autres croyances qui lui seront propres. Et puis, certes, le Père Noël est un mensonge, mais "un gentil mensonge qui n'a pas de conséquences destructrices pour l'enfant", nuance Virginie Bapt, avant de citer la psychanalyste Claude Halmos "Si son existence n'est pas réelle, les valeurs qu'il incarne, comme l'amour, la générosité ou le partage, le sont, elles". Le plus important est de ne pas lui annoncer de façon brutale, ni de le trahir, mais de l'accompagner afin qu'il ne perde pas votre confiance.

La légende du Père Noël est un gentil mensonge qui n'a pas de conséquences destructrices pour l'enfant.

Pour notre experte, Noël, au même titre que la petite souris ou Halloween, est une tradition qui structure le temps social et qui permet de passer du temps en famille ou avec les gens qu'on aime. Pour certaines foyers, il s'agit de transmettre leur foi, d'autres, des valeurs fortes comme l'amour, le partage ou tout simplement célébrer la joie d'avoir une famille. "Peu importe le sens que l'on met derrière Noël, l'essentiel est d'inscrire cet événement dans une portée symbolique et sociale, et non de savoir s'il faut croire au Père Noël ou non", conclut-elle. "Enfin, même si c'est le Père Noël qui apporte les cadeaux, il faut bien penser à lui dire merci !"

Une belle méthode pour l'annoncer délicatement. Il est de plus en plus difficile pour les parents de maintenir une part de mystère dans l'existence du Père Noël. Les enfants discutent beaucoup dans les cours de récré, avec leurs camarades de classe, et bien souvent l'un d'entre eux révèle le subterfuge aux autres. A la télévision, dans les films… Ils découvrent la vérité de plus en plus tôt, et parfois brutalement. Charity Hutchinson, une mère de famille américaine a partagé sur son compte Facebook une adorable façon d'expliquer à ses enfants que le Père Noël n'existe pas. Elle a proposé à ses enfants, lorsqu'ils ont émis des doutes sur son existence, de devenir Père Noël à leur tour. "Tu as vraiment grandi cette année, physiquement, mais aussi dans ton cœur. D'ailleurs, ton cœur est si grand que je pense que tu es prêt à devenir un Père Noël ! Tu t'es probablement rendu compte que la plupart des Pères Noël sont des gens déguisés, beaucoup d'enfants disent cela car ils ne sont pas prêts à ÊTRE un Père Noël, toi si. [….] Je crois que le moment est venu d'accepter TA première mission de Père Noël !", propose-t-elle. La mission sera alors d'offrir une jolie attention à un copain ou à un petit voisin, sans être vu et sans révéler son secret… car un Père Noël ne fait pas des cadeaux pour être remercié, mais par bonté de cœur.

Lire aussi :