Cannabis : de plus en plus de jeunes enfants intoxiqués

Ces ingestions accidentelles peuvent causer de graves séquelles neurologiques, s'alarment les médecins du CHU de Toulouse dans une récente enquête.

Cannabis : de plus en plus de jeunes enfants intoxiqués
© Martinak - 123RF

Entre 2004 et 2014, en France, 235 enfants de moins de 6 ans ont été recensés aux urgences pour cause d'intoxication accidentelle au cannabis. C'est ce que révèle une étude de septembre 2017 coordonnée par la responsable des urgences pédiatriques du CHU de Toulouse et publiée dans la revue américaine Pediatrics. Tout en rappelant que la France est le premier pays le plus consommateur de cannabis en Europe, avec plus de 11 % d'usagers (selon les chiffres du Telegraph datant d'avril 2017), cette enquête souhaite attirer l'attention sur ce phénomène jugé particulièrement alarmant et "sensibiliser le public face aux risques encourus pour ces jeunes enfants", victimes collatérales du cannabis. Car en effet, ces ingestions accidentelles, qui peuvent causer de graves séquelles neurologiques, concernent surtout les tout-petits : 26 % des cas enregistrés ont moins de 11 mois, 58 % sont âgés de 12 à 23 mois et seulement 5 % ont plus de 36 mois. L'étude révèle également que la plupart des intoxications, soit 74 % des cas enregistrés, sont survenues au domicile des parents, tandis que les autres accidents ont eu lieu dans des lieux publics ou au domicile d'une tierce personne, chez des amis des parents par exemple. Par ailleurs, les villes du sud de la France, plus exposées aux trafics de stupéfiants, seraient ainsi les plus concernées par ces accidents. En effet, sur les 235 cas recensés, 50 ont eu lieu à Marseille et 30 à Toulouse.

La résine de cannabis de plus en plus concentrée. Pour les auteurs de l'étude, ce phénomène semble évidemment lié à "l'évolution des tendances de consommation", c'est-à-dire, à la banalisation de la consommation de cannabis souvent considérée comme "une drogue douce", ainsi qu'"à une plus grande puissance de les formes prédominantes sur le marché, à savoir le haschisch ou la marijuana, beaucoup plus concentrés en tétrahydrocannabinol (9,3 % en 2004 contre 20,7 % en 2014)", expliquent-ils. Conséquences : "on remarque une très nette augmentation de cas d'intoxications sévères depuis ces dernières années", en effet, de plus en plus d'enfants se trouvent dans le coma à leur arrivée aux urgences : "cela soulève un véritable problème de santé publique", conclut l'étude. 

Lire aussi :