Violences conjugales : protégeons mieux les enfants

En France, 143 000 enfants vivent dans un foyer où les femmes sont victimes de violences conjugales. Un rapport de l'Observatoire régional des violences faites aux femmes présente de nouvelles pistes pour mieux accompagner les enfants témoins de ces violences.

Violences conjugales : protégeons mieux les enfants
© Wavebreak Media Ltd - 123RF

Le jeudi 7 septembre, l'Observatoire régional des violences faites aux femmes du Centre Hubertine Auclert. pour l'égalité homme-femme, a remis au Conseil Régional d'Île-de-France un rapport, rendu public lors d'un colloque, "Mieux protéger et accompagner les enfants co-victimes des violences conjugales". L'objectif : renforcer l'aide apportée aux femmes victimes et leurs enfants par le biais de préconisations concrètes, précises et efficaces. Ces conseils "s'adressent aux décideurs politiques (gouvernement, parlement, collectivités territoriales) ainsi qu'à tous les professionnels concernés par la thématique de la protection de l'enfance et de la lutte contre les violences conjugales", précise le rapport. Par exemple, prévenir les violences par l'éducation à l'égalité femmes-hommes/filles-garçons dès le plus jeune âge, renforcer le dispositif du "Téléphone Grave Danger" (un téléphone permettant à la victime en grave danger de contacter directement une plateforme spécialisée), faciliter l'accès à l'hébergement d'urgence pour garantir la mise en sécurité rapide des victimes dans des conditions adaptées, mais également l'accès à un logement pérenne, aux soins et à l'accompagnement des enfants et des mères victimes, font partie des nombreuses recommandations préconisées par le Centre Hubertine Auclert.

Conséquences sur la personnalité de l'enfant. En France, 143 000 enfants sont exposés ou directement victimes de violences conjugales déclarées par la mère. Presque la moitié d'entre eux ont moins de 6 ans. Toutes les victimes et particulièrement les 10 % d'entre elles qui ont physiquement subies ces violences présentent des séquelles graves et durables "qui conduisent à une multitude d'effets comme la peur, la honte, la perte de l'estime de soi, la dépendance ou encore la culpabilité", révèle l'étude. Pour se protéger, certains peuvent avoir des réactions de crainte ou d'agressivité plus poussées que les autres enfants. Troubles émotionnels et psychologiques, du sommeil, de l'alimentation, de l'apprentissage... Les retentissements sur la santé de l'enfant sont nombreux. En effet, "60 % de ces enfants subissent des troubles post-traumatiques, comme les victimes d'un attentat ou d'un viol", précise le rapport.

Renforcer la protection, l'accompagnement et le soin des enfants. Certaines associations ont développé une expertise spécifique sur la parentalité et dans l'accompagnement des mères et des enfants co-victimes des violences conjugales. C'est le cas de l'association Solidarité Femmes qui propose un accompagnement individuel ou collectif grâce à des ateliers adaptés aux jeunes enfants (3-6 ans, 6-12 ans et un avec les mamans) animés par des professionnels formés. Le but est de leur offrir un espace de parole afin qu'ils se reconstruisent à l'abri des violences, de rompre l'isolement, de cerner leurs émotions grâce notamment à des reconstitutions de situations avec des figurines, d'améliorer leur estime de soi, et les informer pour mettre en place des stratégies à la maison. "Il convient de mettre en avant dès l'école une vision égalitaire des relations entre les femmes et les hommes, de développer en milieu associatif des dispositifs spécialisés et de faciliter une prise en charge socio-médicale la plus rapide possible", mais aussi "de mieux appliquer la législation permettant de retirer totalement ou en partie l'autorité parentale au parent violent condamné pour un crime ou un délit sur l'autre parent et de reconnaître juridiquement l'enfant en tant que victime directe de violences psychologiques lorsqu'il est exposé aux violences conjugales", rapporte l'étude.

  • 3919 est le numéro de Violences femmes Info, accessible à toutes les victimes de violences conjugales.
  • Carte des dispositifs d'accueil des femmes victimes de violences

Lire aussi :