L'enfance influence les choix politiques

Un environnement pauvre durant l'enfance est associé à une plus forte adhésion à des attitudes politiques autoritaires à l'âge adulte, selon une récente étude de l'Inserm.

L'enfance influence les choix politiques
© 123RF_stylephotographs

L'environnement auquel un individu est exposé pendant son enfance peut influencer son comportement à l'âge adulte, selon plusieurs recherches en biologie et en psychologie. Il semblerait que cela soit également le cas dans le développement des attitudes politiques. Ainsi, les enfants qui évoluent dans un milieu pauvre auront plus tendance à adhérer à des attitudes politiques autoritaires à l'âge adulte. C'est ce qu'ont observé des chercheurs de l'Inserm dont les résultats viennent d'être publiés dans la revue Evolution and Human Behavior.

Pour arriver à cette conclusion, les auteurs ont développé deux tests, un test simplifié pour les enfants et un autre pour les adultes. Ils leur ont demandé leurs premières impressions sur des visages. Ils ont ainsi mesuré leur préférence pour des hommes politiques fictifs représentés par des visages modélisés par ordinateur et calibrés pour représenter des niveaux de dominance et de confiance variables. Toutes les combinaisons sont possibles : un visage peut être très dominant et peu digne de confiance, peu dominant et très digne de confiance, peu dominant et peu digne de confiance… Une quarantaine d'enfants âgés de 7 ans a ainsi dû choisir son capitaine d'équipe pour mener une expédition en montagne parmi des visages plus ou moins dominants et plus ou moins dignes de confiance. Il apparaît que les enfants exposés à des conditions socio-économiques défavorables préféraient des capitaines plus dominants et moins dignes de confiance que ceux issus de milieux plus favorables.

© Inserm

Les chercheurs ont ensuite mesuré, en partenariat avec Ipsos, les préférences politiques d'un échantillon représentatif de la population française pour des hommes politiques plus ou moins dominants et plus ou moins dignes de confiance. Pour ce faire, ils ont présenté aléatoirement aux participants, des visages plus ou moins dominants et dignes de confiance deux par deux et leur ont demandé de choisir le visage pour qui ils voteraient. Il apparaît alors que les personnes qui souffert de pauvreté durant l'enfance ont tendance à préférer des hommes politiques dominants et peu dignes de confiance à l'âge adulte, et ce quel que soit leur niveau d'éducation et leur niveau socio-économique actuel.

© Inserm

Enfin, les scientifiques ont demandé à ces participants leur niveau d'adhésion à la phrase : "je pense qu'avoir à la tête du pays un homme fort qui n'a pas à se préoccuper du parlement ni des élections est une bonne chose." Là encore, les personnes qui ont grandi dans un environnement pauvre vont davantage adhérer à des attitudes explicitement autoritaires. Cela est observé en France, mais aussi sur un panel de 46 pays européens. Selon le communiqué de l'Inserm, ces trois tests mettent ainsi en évidence "l'importance de facteurs précoces dans la détermination des attitudes politiques et enrichissent la compréhension des dynamiques des démocraties".

Lire aussi