Un quart des enfants vivent avec un seul de leur parent

En France, 3,4 millions d'enfants mineurs vivent principalement avec un seul parent en famille monoparentale ou recomposée, révèle la dernière étude de l'Insee.

Un quart des enfants vivent avec un seul de leur parent
© Cathy Yeulet - 123RF

En 2011, il y avait 13,7 millions d'enfants en France métropolitaine. Ils étaient 9,8 millions, soit 71%, à vivre principalement en famille "traditionnelle", c'est-à-dire avec leurs deux parents, sans demi-frère ni demi-sœur, révèle une étude de l'Insee, qui s'est intéressée aux multiples configurations familiales existantes dans l'Hexagone. Ils étaient donc près de trois enfants sur dix à ne pas vivre dans une famille "traditionnelle". Parmi eux, 2,5 millions (18%) vivaient dans une famille monoparentale et 1,5 million (11%) dans une famille recomposée. Parmi les enfants en famille monoparentale, ils étaient 80 000 à vivre principalement avec un seul parent alors que leurs parents sont en couple. Cela peut s'expliquer par le choix de ne pas habiter ensemble, pour des raisons professionnelles, parce qu'ils sont issus de familles d'immigrés dont un conjoint est resté dans le pays d'origine.

Parmi les enfants vivant principalement avec un seul de leurs parents, un quart seulement passe une partie de son temps chez son autre parent. Les trois quarts restants ne résident pas régulièrement chez leur autre parent en raison notamment d'un éloignement géographique. "Cela ne signifie pas qu'il n'y a aucune relation avec l'autre parent, des relations téléphoniques ou des rencontres pouvant être maintenues. D'autres enfants n'ont jamais connu leur père ou sont orphelins d'un de leurs parents", explique l'Insee.

Plus de la moitié des pères vivent sans conjoint et sans enfant. Du côté des parents, 580 000 pères et 230 000 mères déclarent avoir au moins un enfant mineur qui ne vit jamais chez eux, même une partie du temps. Il apparaît également que plus de la moitié des pères, soit 270 000 hommes, vivent principalement sans conjoint et sans enfant. Dans les familles qui ne sont pas considérées comme "traditionnelles", 59% des beaux-pères et 70% des belles-mères vivent avec au moins un de leurs enfants en 2011. "Lorsqu'un beau-père vit avec son ou ses enfants, il s'agit généralement d'enfants nés du couple actuel alors que pour les belles-mères, dans près d'un cas sur deux, il s'agit d'enfant(s) issu(s) d'union(s) précédente(s)", notent les auteurs. L'étude met par ailleurs en évidence qu'un peu plus de deux beaux-parents sur dix n'ont pas encore eu d'enfant.

Lire aussi