Les téléphones portables interdits au collège dès la rentrée 2018

Jean-Michel Blanquer a confirmé l'interdiction des smartphones dans l'enceinte des collèges dès septembre prochain. Mais une telle mesure est-elle facilement applicable ? Les avis (partagés) de professeurs, parents et internautes.

Les téléphones portables interdits au collège dès la rentrée 2018
© racorn-123rf

[Mis à jour du 6/03/2018] Jean-Michel Blanquer vient de confirmer sa volonté d'interdire l'usage des téléphones portables dans les établissements scolaires. Les smartphones "seront interdits à partir de septembre prochain dans les collèges non seulement en classes, mais aussi dans l'établissement", a déclaré le ministre de l'Education nationale sur France Inter. Cette mesure annoncée par Emmanuel Macron dans son programme sur l'éducation devrait faire l'objet, dans les semaines à venir, d'un article législatif. "On laissera aux collèges le soin de choisir entre plusieurs modalités d'interdiction qui vont de la plus souple à la plus dure", a précisé Jean-Michel Blanquer. Les collèges auront donc le choix d'interdire totalement la présence de smartphones dans l'établissement (sous peine d'être confisqués), ou de les tolérer en rangeant l'appareil dans son cartable ou dans un casier par exemple, afin de pouvoir l'utiliser dans le cadre d'ateliers pédagogiques ou en cas d'urgence.

Cette décision a été annoncée ce lundi 5 mars, à l'occasion d'un déplacement à Dijon dans le cadre de la lutte contre le harcèlement scolaire. En effet, les adolescents victimes sont parfois aussi la cible de leurs camarades via les réseaux sociaux ou les SMS. "Il est important de ne plus avoir les portables qui envahissent la vie de nos adolescents au moment où ils doivent étudier, au moment où ils doivent tout simplement être entre eux dans la cour de récréation", a ajouté le ministre. "Nous faisons ça dans l'intérêt des enfants, des adolescents, des élèves, pour qu'ils soient protégés contre tous ces abus, ces dérives qui existent aujourd'hui au travers des réseaux sociaux et qui conduisent au cyberharcèlement".

A quel âge accepter que son enfant possède un smartphone ? A quel moment en a-t-il réellement besoin ? Les parents sont nombreux à se poser la question, pour finalement suivre ce phénomène de société et "faire comme les autres copains". S'ils pianotent dès le plus jeune âge sur le téléphone de papa ou maman, les enfants possèdent le plus souvent leur propre téléphone portable vers 10-11 ans, dès le CM2 ou l'entrée au collège. Une manière pour les parents de se rassurer, notamment lorsque leur chérubin devient indépendant et commence à aller seul à l'école. Pour autant, les élèves s'en servent essentiellement pour jouer et communiquer entre eux. Dans une précédente interview, Anne-Catherine Baseilhac, experte en parenting, avait confié au Journal des Femmes sa réticence quant à l'acquisition d'un portable chez les plus jeunes. "Selon moi, il n'y a pas de nécessité à avoir un téléphone dès l'entrée en sixième, encore moins avant. Mais il faut aussi prendre en compte la pression sociale et celles des autres camarades". 

Mais concrètement, comment cela se passe-t-il dans les établissements ? "Il faut rappeler que l'usage des téléphones portables est spécifié dans le règlement intérieur voté lors du conseil d'administration", précise Delphine Franier, professeure documentaliste au lycée Evariste Galois, à Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis. Actuellement, les téléphones portables sont déposés à l'entrée de la salle de classe lorsque les élèves passent le baccalauréat afin d'éviter toute tricherie, mais en classe, les écoliers respectent plus ou moins les règles. A défaut, ils se voient confisquer leur appareil ou peuvent se faire exclure de classe... "Je suis plutôt favorable à l'usage du téléphone portable au collège", précise Delphine. Si je trouve cela prématuré au primaire, cela me semble pertinent pour l'entrée en 6e, ne serait-ce que pour prévenir les parents d'un changement d'emploi du temps ou d'un prof absent". Egalement mère d'une petite fille âgée de 8 ans, elle réfléchit notamment à cette question pour les prochaines années. "Il s'agit de rassurer les parents, certes, mais aussi les enfants. Car même s'ils ont envie d'autonomie, ils peuvent avoir un peu peur et il faut vivre avec son temps."

Cette ancienne professeure d'anglais au lycée remarque néanmoins que la plupart des élèves sont scotchés à leur smartphone au moment de la récré. "Ils ne communiquent pas entre eux, mais avec d'autres élèves, qui ne sont pas là. Ou bien, ils s'échangent des SMS, alors qu'ils sont à côté". Pour Philippe, qui a témoigné sur le forum du journal des femmes, l'interdiction des portables à l'école représente d'ailleurs "une bonne initiative, permettant de déconnecter les jeunes de leur vie parallèle". Une manière aussi de les inciter à se concentrer davantage sur leurs études et d'éviter de les rendre "accros", selon Mira, une autre internaute.

Dans le cas où une loi sur l'interdiction des téléphones portables au sein des établissements scolaires passerait, il serait difficile de la mettre en place, surtout dans les collèges, ajoute Delphine Franier. "A l'école primaire, les instituteurs pourraient éventuellement demander aux élèves possédant un smartphone, de le déposer et de le récupérer en fin de journée. Mais au collège, les élèves en ont pratiquement tous un et les enseignants changent à chaque cours. Cela implique de déborder sur les heures d'enseignement, et d'ajouter des étiquettes nominatives sur chaque portable. En outre, on peut difficilement faire la police dans la cour de récré, à moins que les parents jouent le jeu, eux aussi, en interdisant à leur enfant de l'utiliser à l'école". 

Les questions à se poser : Quelles sont les raisons pour lesquelles votre enfant souhaite avoir un téléphone portable ? Pensez-vous qu'il en ait besoin ? Est-il capable d'évaluer le temps passé sur son téléphone ? Quel forfait et quel type de téléphone pourraient lui convenir ? S'il s'agit de suivre la tendance, renseignez-vous auprès des autres parents d'élèves. Ont-ils vraiment tous acheté un nouveau téléphone ou votre enfant fait-il référence à son meilleur copain ? A l'inverse, est-il le seul de sa classe à ne pas en avoir un ? En bref, si votre petit geek réclame un téléphone et que vous en trouvez l'utilité ensemble, fixez des limites avec lui. Par exemple, en l'autorisant à utiliser un appareil basique et non pas le modèle dernier cri, et en fonction de son âge, en lui apprenant à gérer sa consommation...

Lire aussi