Cohorte Elfe : l'étude qui suit 20 000 enfants pendant 20 ans

Education, sommeil, alimentation... Des premiers résultats menés dans le cadre de la cohorte Elfe, débutée en 2011, ont été présentés.

Cohorte Elfe : l'étude qui suit 20 000 enfants pendant 20 ans
© Evgeny Atamanenko - 123RF

La cohorte Elfe, c'est quoi ?

Co-pilotée par l'Institut national d'études démographiques (Ined) et l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), la cohorte Elfe (Etude longitudinale française depuis l'enfance) s'intéresse depuis le 1er avril 2011 à 18 329 nouveau-nés français. Sommeil, exposition aux polluants de l'environnement, éducation… Les enfants et leur famille sont suivis via des enquêtes téléphoniques, des questionnaires, etc., pendant 20 ans. L'objectif est "de mieux comprendre comment leur environnement affecte, de la période intra-utérine à l'adolescence, leur développement, leur santé, leur socialisation et leur parcours scolaire", afin de mettre en place des stratégies pour améliorer le développement, la santé et la socialisation des enfants. Les premiers résultats ont été présentés à l'occasion de la première journée scientifique, qui a eu lieu le 13 mars dernier.

Premiers résultats sur l'allaitement en France

Cette enquête a déjà permis de mettre en évidence que la durée de l'allaitement en France est loin des 6 mois d'allaitement exclusif recommandés par l'Organisation mondiale de la santé. En France, le Programme national nutrition santé (PNNS) préconise un allaitement exclusif au moins jusqu'à 4 mois, et si possible jusqu'à 6 mois. "Les limites à l'allaitement prolongé sont associés à la fois à la situation familiale, à la situation vis-à-vis de l'emploi et à des facteurs liés à l'éducation et à la culture", selon l'étude. Si les femmes ayant pris un congé parental allaitent plus longtemps que les autres, il apparaît que les "mères âgées de moins de 30 ans vivant seules, ayant un faible niveau d'études ou ayant repris le travail moins de 10 semaines après l'accouchement", ont tendance à allaiter moins longtemps. Dans le communiqué d'Elfe, les auteurs soulignent ainsi "l'importance de soutenir plus particulièrement les femmes qui n'ont pas d'expérience personnelle ou familiale d'allaitement […] et le fait que la possibilité de prolonger le congé maternité […] favorise des durées d'allaitement plus longues".

Et sur les polluants

Les perturbateurs endocriniens (bisphénol A, phtalates, pesticides…) peuvent avoir des effets néfastes sur la santé des femmes enceintes et sur celle de leur futur enfant. Les scientifiques ont ainsi décrit l'exposition aux polluants de l'environnement des 4 145 femmes enceintes ayant accouché en 2011 en France et participant à la cohorte Elfe. En étudiant leurs prélèvements biologiques (sang, urines, cheveux…), ils ont ainsi observé que la plupart des polluants recherchés étaient présents chez quasiment toutes les participantes lors de leur admission à la maternité. Il apparaît que plus de 70% des futures mamans ont été exposées au bisphénol A, 99,6% à au moins un phtalate, 100% aux pyréthrinoïdes… Et c'est l'alimentation qui représente "la source principale d'exposition, malgré l'existence d'autres sources notamment dans l'air intérieur et extérieur".

Lire aussi