Les accidents domestiques, première cause de mortalité chez l'enfant

Les accidents de la vie courante, bien qu'en baisse, touchent davantage les garçons que les filles, selon l'InVs.

Les accidents domestiques, première cause de mortalité chez l'enfant
© Wang Tom - 123RF

Chute, noyade, intoxication… Les accidents de la vie courante (AcVc) sont la première cause de décès chez les enfants âgés entre 1 et 14 ans en France, selon le dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'InVs. Regroupant les accidents domestiques, scolaires, de sports et de loisirs, etc., les AcVc ont ainsi été à l'origine de 21% des décès des enfants entre 1 et 4 ans et de 13% entre 5 et 14 ans en 2012. Selon le BEH, l'accident le plus courant chez les moins de 25 ans est la noyade avec 137 décès, suivie de la suffocation pour les 1-4 ans, du feu pour les 5-14 ans et de l'intoxication pour les 15-24 ans. Chez les bébés de moins d'un an, les décès sont dus dans près de 6 cas sur 10 à une suffocation.

Répartition des différents types d'accident de la vie courante selon l'âge en 2012 en France métropolitaine. © InVs

Les garçons plus touchés que les filles. Pour l'année 2012, ces accidents concernent plus les garçons que les filles, comme cela est également observé pour les adultes. Les auteurs ont en effet remarqué que les garçons ont plus souvent d'accidents et que ces derniers sont souvent plus graves. Cela est particulièrement marqué chez les enfants âgés de 5 à 14 ans (55 AcVc pour les garçons contre 28 pour les filles), mais encore plus pour les jeunes âgés de 15 à 24 ans avec 249 accidents domestiques pour les garçons contre 62 pour les filles. Le fait que les garçons prennent plus de risques que les filles, qu'ils aient une perception différente de l'appréhension du danger, mais aussi que leur socialisation soit différente de celle des filles, pourraient expliquer ces différences entre les deux sexes.

Des accidents en baisse. Il apparaît toutefois que le nombre de décès par AcVc chez les enfants est en baisse. Entre 2000 et 2012, le taux de mortalité par AcVc a en effet diminué de 5,4% par an chez les moins de 15 ans. La diminution est quant à elle de 1,3% chez les 15-64 ans. "La baisse des décès par AcVc chez les enfants pourrait être attribuée en partie, et sans qu'aucune mesure de leur efficacité ait été réalisée, aux campagnes de prévention et à la réglementation sur les produits manufacturés pour enfants", expliquent les auteurs de l'étude. Mais la majorité des accidents pourraient être encore évités. Pour mieux cibler les populations à risque et améliorer ainsi la prévention, un système de surveillance "Analyse détaillée des décès par traumatismes d'enfants de moins de 15 ans (ADT)" a été mis en place en 2016. Il permettra de décrire en détails les circonstances de survenue des traumatismes à l'origine des décès, d'analyser les facteurs de risque et d'en mesurer son caractère évitable.

Lire aussi