Najat Vallaud-Belkacem chasse les Pokémon rares des écoles

Pas de Pokémon rares dans les écoles. C’est ce que souhaite la ministre de l’Education qui a d’ores et déjà demandé un rendez-vous avec l’éditeur de ce jeu à succès.

© Elena Schweitzer

Alors que (presque) tous les enfants ont passé l'été à chasser les Pokémon Go, la ministre de l'Education nationale souhaite qu'il n'y ait pas de Pokémon rares dans les écoles. Najat Vallaud-Belkacem a en effet demandé un entretien avec Niantic, l'éditeur du jeu, à ce sujet, a-t-elle précisé lors de la conférence de presse de rentrée.

Dans le jeu Pokémon Go, les créatures qui sont les plus prisées sont les Pokémon rares. Ces derniers sont donc susceptibles d'attirer "beaucoup de gens, et au-delà des élèves" dans les établissements scolaires. Dans un contexte de menaces terroristes élevées, cela pose indéniablement "des problèmes de sécurité" du fait de "l'engouement autour du jeu". Et pour cause, les enfants ne sont pas les seuls à être adeptes de ce jeu, les adultes aussi ont été séduits par ces petites créatures virtuelles à attraper. Il y a donc des risques que certains joueurs pénètrent dans les établissements pour attraper les Pokémon. Les directeurs des établissements scolaires peuvent quant à eux demander à ce que leur établissement soit "exclu de la cartographie du jeu" en remplissant un formulaire sur le site de l'éditeur, a ajouté la ministre.

Pokémon Go est un jeu à la fois virtuel et réel, qui consiste à attraper le maximum de petites créatures qui apparaissent directement sur le téléphone portable. Les Pokémon rares tels que Ptéra, Ronflex ou Léviathor, sont ceux qui rapportent le plus de points. Face au succès du jeu, la gendarmerie de Paris et les pompiers ont rappelé quelques règles de prudence comme de ne jamais laisser ses enfants partir seuls, de leur dire de regarder la route en traversant une rue mais aussi de leur rappeler de se méfier des inconnus.

Lire aussi