Les manuels scolaires se mettent à la page

Avec l'application de la réforme des programmes scolaires dès la prochaine rentrée, tous les éditeurs doivent imprimer de nouveaux manuels scolaires, et ce pour les classes du CP à la 3e.

© tomwang

A la rentrée, tous les élèves du CP à la 3e sans exception auront de nouveaux manuels scolaires. En effet, avec la nouvelle réforme des programmes scolaires, les objectifs de connaissances se transmettront dès septembre par cycle de trois ans, et non plus année par année. Ainsi, le cycle 2 couvre la période du CP au CE2, le cycle 3 va du CM1 à la 6e et le quatrième, de la 5e à la 3e. Ce sont donc tous les élèves de l'école primaire au collège qui sont concernés. Contrairement aux précédentes réformes, celle-ci n'est pas échelonnée. Les éditeurs ont donc seulement quelques mois pour imprimer de nouveaux manuels scolaires car qui dit modification des programmes, dit bien évidemment refonte de tous les ouvrages. Ils "forment la bibliothèque de base des professeurs, sur laquelle ils se fondent pour construire leurs cours", a expliqué Isabelle Magnard, directrice de la maison d'édition du même nom, au Parisien.

Plus de réforme d'orthographe. Alors qu'elle a fait couler beaucoup d'encre en début d'année, la réforme de l'orthographe ne sera finalement pas généralisée dans les manuels scolaires. Ce sont en fait les éditeurs qui décideront de l'appliquer ou non. Certains élèves apprendront ainsi à écrire "oignons" sans "i" tandis que d'autres en rajouteront un. De même, une partie des écoliers ne mettra pas d'accent circonflexe sur le "i" et le "u". Ce sont 2 400 mots qui sont concernés par cette réforme. 

Des manuels plus modernes. Harry Potter, Hunger Games… Certains éditeurs ont choisi de se mettre à la page en insérant dans ces nouvelles versions, des références connues par la jeune génération. Plus surprenant, ils ont même parfois eu recours au langage SMS. "Cc c mwa ! Sa va dps samedi ? G 1 truc a te dir jcroi kon devré fer 1 brek… bz", rapporte Le Parisien. "C'est important de donner aux élèves des exemples concrets, proches de leur vie, et cela n'empêche pas d'étudier en même temps des classiques de la littérature", justifie au quotidien Delphine Dourlet, directrice du secondaire chez Nathan.

La fin des stéréotypes sexistes ? Ces nouveaux livres devraient par ailleurs offrir une vision non stéréotypée de la société. En octobre dernier, le centre Hubertine-Auclert, organisme accompagnant le ministère de l'Education dans l'expertise des manuels, avait fait état de stéréotypes sexistes dans les manuels scolaires de lecture du CP. Il avait alors recommandé d'"assurer une représentation équilibrée des filles et des garçons, des femmes et des hommes". Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education, avait quant à elle rappelé aux éditeurs de "ne pas porter ou conforter des stéréotypes préjudiciables à l'égalité filles-garçons". Reste maintenant à voir si cela sera respecté.

Attention aux erreurs ! Conçus dans l'urgence, ces nouveaux manuels scolaires contiennent des coquilles qui font les choux gras des réseaux sociaux. C'est par exemple le cas d'une consigne dans un manuel Nathan qui présente deux grosses fautes dans la même phrase : "Choisissez vos quatre passages préférés et expliquez pour chacun deux (sic) pourquoi il (sic) vous ont plu." Très repris sur les réseaux sociaux, l'exemple de la mort de Claude François pour prouver les dangers de l'électrocution dans un cahier de physique-chimie Bordas de 3e a quant à elle été de très mauvais goût. Après des excuses publiques, la maison d'édition a toutefois annoncé qu'il ne sera pas présent dans la version définitive du livre. Un internaute a par ailleurs remarqué que dans la collection Classiques et Compagnie de chez Hatier, une présentation de l'auteur de science-fiction Christophe Lambert était illustrée d'une photo de l'acteur du même nom… Une erreur qu'a immédiatement corrigée l'éditeur. Mais les coquilles qui se glissent dans les ouvrages ne datent pas d'aujourd'hui. La maison Magnard pourra par exemple en profiter pour corriger la conjugaison du verbe voir au passé simple. Dans Mon cahier de français destiné aux élèves de 4e édité en 2015, les auteurs avaient en effet indiqué qu'il fallait dire "je vus", "tu vus", "il vut"…

Lire aussi