Nouvel amour : comment en parler à son enfant ?

Pas toujours facile de faire accepter une nouvelle relation à son enfant. A quel moment lui présenter son nouveau compagnon et comment lui en parler sans trop le brusquer ? Eclairage de Sophie Braun, psychanalyste.

© Vadim Guzhva

Lorsque les parents se séparent, les enfants ressentent souvent une déchirure et doivent alors s'adapter à vivre différemment. Pour autant, les adultes ne doivent pas s'empêcher de refaire leur vie et se reconstruire. Mais ce n'est pas toujours évident de trouver le bon moment et les mots adéquats pour annoncer à son enfant que l'on a retrouvé l'amour. 

Quand lui présenter son compagnon ? 

Pour Sophie Braun, psychanalyste, il faut avant tout être sûr(e) de sa relation, de son histoire, et ne pas se précipiter au moindre coup de cœur. Elle qui reçoit de nombreux adolescents dans son cabinet remarque que bon nombre d'entre eux ont déjà vécu plusieurs séparations : le divorce de leurs parents, puis la rupture des beaux-parents. "Freud précisait que le traumatisme avait lieu la deuxième fois, rappelle la psychanalyste. Ainsi, lorsqu'une autre séparation a lieu, cela fragilise l'enfant, qui se retrouve dans une situation très déstabilisante. Sans oublier qu'un lien affectif se crée entre ce dernier et le beau-père ou la belle-mère, parfois même avec les demi-frères ou demi-sœurs. Il faut donc faire très attention (même si tout le monde a le droit à l'erreur), et prendre son temps avant de présenter son nouveau conjoint". En effet, un enfant a avant tout besoin de sécurité affective, précise la spécialiste. 

Faut-il lui présenter son conjoint de manière progressive ? 

Dire la vérité à son enfant est la meilleure solution 
© dolgachov

On aurait tendance à croire que l'idéal - pour préserver son enfant et y aller en douceur - serait de lui présenter son conjoint en le faisant passer au départ pour un ami. Pourtant, dire la vérité et rester honnête est la meilleure solution. "Si l'on dit à son tout-petit qu'il s'agit d'une connaissance, et qu'on lui avoue que finalement, cet ami est un amoureux, l'enfant peut se sentir trompé et se mettre à appréhender les futures rencontres", explique Sophie Braun. Pour ne pas créer ce sentiment d'angoisse, rien ne sert donc de mentir.

Comment en parler à son enfant ? 

Vers 3-4 ans, les enfants sont en plein complexe d'Oedipe et idéalisent leur père ou leur mère. Une petite fille par exemple se projette comme étant l'amoureuse éternelle de son papa. "Il faut tout d'abord remettre l'axe parent/enfant dans son contexte et ne pas laisser croire à l'enfant qu'il pourra prendre la place de l'autre parent. Au contraire, son papa aussi pourra retrouver l'amour un jour", explique Sophie Braun. Il est également essentiel de bien distinguer l'homme en tant que père, du nouveau conjoint en tant qu'amoureux. "L'enfant doit comprendre que l'amour des parents pour leur enfant est indestructible, mais que l'amour entre adultes est différent et peut évoluer". Car finalement, c'est cela que l'enfant appréhende. "Si tu as aimé papa au point d'avoir un enfant, et qu'aujourd'hui, tu en as trouvé un autre, peut-être que moi aussi, tu pourrais ne plus m'aimer un jour ?" pourrait penser un tout-petit, explique la psychanalyste, qui conseille de répondre à cette crainte en protégeant l'enfant, et en évitant de mettre en concurrence le père et le nouveau conjoint.

Que faire si mon enfant n'aime pas mon compagnon ? 

"Pour commencer, dites-vous bien que rien n'est définitif et que les relations évoluent", rassure Sophie Braun. Cela peut bien se passer avec le temps. "Souvent, les enfants sont pris dans un conflit de loyauté : ils s'empêchent alors d'aimer une autre personne que le père ou la mère", explique-t-elle. D'ailleurs, il est préférable (pour l'enfant) de passer par cette phase de rejet, afin qu'il n'ait pas ce sentiment de trahison envers l'autre parent. "Il faut lui laisser le droit, la possibilité de ne pas aimer son beau-père ou sa belle-mère", ajoute la psychanalyste. Pour autant, ce n'est pas parce qu'il ne l'accepte pas au départ, que cela doit influer sur la relation du couple. "Il ne faut surtout pas laisser le choix à l'enfant car cela lui donnerait le pouvoir de décider de la vie amoureuse de ses parents, une sorte de toute-puissance qui pourrait se transformer en sentiment de culpabilité en grandissant", précise Sophie Braun. Au contraire, une autorité bienveillante est de mise.

Ce qu'il faut faire et ne pas faire : 

  • Les parents doivent avant tout se faire confiance. "Ils sont souvent perdus, ont peur de traumatiser leur tout-petit, mais eux seuls connaissent leur enfant mieux que personne", remarque la spécialiste. "Chaque enfant à son propre rythme, certains s'expriment, d'autres intériorisent. Dans tous les cas, parlez-en avec lui, et soyez attentif à ce qu'il ressent". Enfin, s'il ne réagit pas, n'hésitez pas à mettre des mots sur ses émotions. "Certains enfants ne dévoilent pas leurs sentiments tout simplement parce qu'ils ne savent pas comment l'exprimer", ajoute-t-elle.
  • Si votre conjoint a lui aussi d'autres enfants, veillez à ne pas accentuer les sentiments de jalousie. A l'inverse, lorsque l'entente est optimale entre eux, mais que la relation touche à sa fin, il est préférable, dans la mesure du possible, de conserver de bonnes relations, même après la séparation. 
  • Évitez de mettre votre enfant dans une intimité qui n'est pas la sienne, en étant un peu trop expansif par exemple, ou en vous embrassant trop souvent devant lui. Restez discrets, avec certaines limites, afin de ne pas trop perturber l'enfant.
  • Pensez aussi à réserver du temps avec votre enfant, de manière exclusive, sans votre conjoint.
  • Si vous êtes parent d'un adolescent, "votre histoire ne doit pas prendre trop de place dans la vie de l'enfant : les ados ont leurs propres relations et doivent d'abord se construire eux-mêmes", explique Sophie Braun. 

Lire aussi