Comment lui dire non (sans vaciller) ?

Cris, colère, pleurs… Les enfants acceptent difficilement quand leurs parents leur disent "non". Ces derniers se trouvent souvent désarmés et ont alors tendance à laisser échapper un "oui". Conseils du psychologue Stephan Valentin pour ne plus céder.

© nejron

Elisa, 5 ans, hurle et se roule par terre. Pourtant, sa maman a été ferme : il est hors de question qu'elle lui achète cette peluche Peppa Pig. Pleurs, cris... La scène durera cinq bonnes minutes, jusqu'à ce que la fillette finisse par comprendre que son petit jeu ne marchera pas. Si dans cette situation, la maman a tenu bon, ce n'est pas toujours le cas. Car les enfants savent mettre toutes les chances de leur côté pour obtenir ce qu'ils veulent. Yeux doux, voix charmeuse, humeur câline... Pas toujours facile de leur résister ! Et même lorsqu'on y arrive, la culpabilité peut alors nous envahir. Et si j'étais trop dur ?Il a été sage, j'aurais peut-être dû lui faire plaisir... C'est d'ailleurs comme cela que les enfants obtiennent généralement ce qu'ils veulent la fois suivante. Il n'empêche que savoir dire non est indispensable pour que l'enfant sache qu'il existe des limites à ne pas franchir. "Les parents apprennent ainsi à l'enfant les règles et les limites qui sont importantes pour vivre en communauté que ce soit en famille ou en société. C'est une autorité positive", explique Stephan Valentin, psychologue. Dans cet apprentissage, le bambin se heurtera ainsi plusieurs fois à ces interdits sans avoir le dessus et saura alors qu'il est inutile d'insister. Toutefois, s'il perçoit un manque de fermeté, il essayera de contourner les règles en faisant céder papa et/ou maman.

Dire non sans vaciller. "Entre 2 et 3 ans, l'enfant cherche ses limites et celles de ses parents. Les parents doivent lui dire non clairement et fermement en se mettant à sa hauteur d'enfant et en le regardant dans les yeux", conseille Stephan Valentin. C'est essentiel que les parents restent calmes et patients.

Eviter les dialogues interminables. Dire non est une chose mais encore faut-il que l'enfant comprenne pourquoi on lui impose des limites. Rassurez-vous, il est inutile d'entrer dans des explications trop élaborées. Il faut également éviter les dialogues interminables. "Avec un enfant de 2/3 ans, une explication courte et simple doit suffire, sans toutefois tomber dans le chantage. L'enfant comprend en effet très vite même s'il fait celui qui ne comprend pas. Il faut savoir que les enfants n'aiment pas les explications lorsqu'elles les empêchent d'avoir ce qu'ils veulent", assure le psychologue. Par ailleurs, le bambin peut ne pas comprendre les raisons (dangers, problèmes...) pour lesquelles il doit obéir lorsqu'il n'y a aucune explication. Il pourrait ainsi en profiter lorsque ses parents sont absents pour franchir les limites imposées mais aussi développer une mauvaise estime de soi, se mettre à dire non sans se justifier à tout-va...

La Reine, c'est moi !
de Stephan Valentin
© Editions Pfefferkorn

Que dire à son enfant ? Il est aujourd'hui difficile de dicter à son enfant l'attitude qu'il doit adopter. C'est essentiel que les parents donnent des explications logiques et cohérentes, qui apportent quelque chose à l'enfant. Par exemple, lorsque vous demandez à votre progéniture de ne pas manger de sucreries, expliquez-lui que les bonbons contiennent du sucre qui n'est pas bon pour la santé (caries, surpoids…). Et pour être sûr que votre progéniture saisisse parfaitement votre message, adaptez votre langage à son âge et évitez les sous-entendus. C'est aussi important de lui indiquer les conséquences que son geste pourrait avoir. Cela lui permet ainsi de mieux prendre conscience des dangers et des problèmes que cela peut engendrer. Par ailleurs, lorsque vous lui expliquez pourquoi il ne peut pas faire ci ou ça, soyez exemplaire. "Les parents servent de modèle à leur enfant. Un enfant aime copier le comportement de ses parents. Ils doivent lui montrer qu'eux aussi, ils respectent les règles en étant polis par exemple. Sinon, l'enfant a totalement raison de leur faire remarquer", affirme Stephan Valentin.

Comment réussir à être ferme ? "Ce n'est pas toujours facile de rester ferme et de faire respecter les règles posées à l'enfant. Cela dépend parfois de l'état de fatigue des parents qui préfèrent laisser faire, ou de leur trop grande envie de faire plaisir. Si cela arrive occasionnellement, ce n'est pas préjudiciable. En revanche, lorsque ce comportement est trop fréquent, l'enfant risque d'être confus et de ne plus savoir comment se comporter. La crise d'excitation qui s'en suit est alors difficile à contrôler..." Si un non doit rester un non, il n'empêche que les parents peuvent toutefois "introduire de la souplesse dans les règles lors de situations exceptionnelles (maladies, voyages, fêtes...)".

Comment réagir si son enfant insiste ? "Il faut si possible, garder son calme afin de faire comprendre à l'enfant que l'on ne se sent pas blessé par sa colère, qu'on le comprend. Pour éviter de renforcer sa colère, ne criez pas. Si vous ne pouvez plus supporter ses cris, isolez-le alors dans sa chambre jusqu'à ce qu'il se soit calmé. Et une fois la crise passée, expliquez-lui que vous avez entendu son "non" mais que vous n'êtes pas de son avis et expliquez-lui pourquoi", conseille Stephan Valentin.

Quelles sont les erreurs à éviter ?

  • Ne pas céder. "Un enfant doit comprendre que ce n'est pas en criant qu'il arrive à quoi que ce soit. Sinon, il saura très vite utiliser ses cris et ses pleurs comme moyen de "chantage"."
  • Ne pas être trop ferme. "Il y a évidemment des moments où l'on peut transgresser les limites si la situation s'y prête et selon le caractère de l'enfant. Il est cependant important de lui signaler que c'est une exception."
  • Ne pas être trop exigeant. "Les limites doivent être adaptées aux capacités de l'enfant et à sa compréhension. Etre trop exigeant peut conduire à une incompréhension de la part de l'enfant, il risque alors de s'y opposer parce qu'il n'aura pas intégré ce qui lui a été demandé, et non par mauvaise volonté."
  • Ne pas être d'accord avec son partenaire. "Les parents doivent former une équipe soudée sinon l'enfant trouvera très vite le moyen de jouer l'un contre l'autre. Il doit obtenir la même réponse de la part de sa maman et de son papa."

"La Reine, c'est moi !", un livre sur les limites chez l'enfant pour les enfants, de Stephan Valentin aux Editions Pfefferkorn. Sortie le 1er septembre 2016.

Retrouvez les chroniques de Stephan Valentin sur le Journal des Femmes

Lire aussi