Un animateur soupçonné de pédophilie piégé par une enfant

Filmé à son insu par une élève, un animateur d’un centre de loisirs est soupçonné d’attouchements sexuels sur mineurs.

© petro

Des enfants d'une dizaine d'années ont réussi à le piéger. Un animateur du centre de loisirs de Coulommiers, en Seine-et-Marne, a été pris en flagrant délit d'attouchements sexuels sur des enfants grâce à une vidéo réalisée par une élève de primaire, a révélé Le Parisien.

Au service Enfance de la ville depuis 14 ans. Tout commence la semaine dernière lorsqu'une élève de CM2 raconte à ses parents que l'un des animateurs "fait des choses bizarres" durant un atelier vidéo du midi. Ses parents lui demandent alors de filmer la scène à son insu, à l'aide d'un smartphone. La fillette, aidée par ses camarades, obéit. Il s'avère que les images sont sans équivoque. L'éducateur, qui travaille depuis 14 ans au service Enfance de la ville, n'en serait d'ailleurs pas à son coup d'essai, selon les dires des enfants. Par ailleurs très sévère, il aurait toutefois fait en sorte que les élèves se taisent… jusqu'à la semaine dernière. "Je n'osais jamais en parler. Je le voyais tout le temps faire ça. Il n'avait jamais honte, il faisait ça devant tout le monde, à la récréation, dans les salles. Il s'allongeait dans l'herbe et après il y avait plusieurs petits qui venaient, s'allongeaient sur lui et ils gigotaient dans tous les sens", affirme Jordan, un élève de 10 ans, à Europe 1. L'animateur a été mis en examen pour atteinte sexuelle sur mineurs et placé en détention provisoire.

Cette affaire intervient alors que le décret d'application de la loi permettant une meilleure communication entre la Justice et l'Education nationale vient d'être publié. Après de multiples affaires de pédophilie dans l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education, et Christiane Taubira, alors garde des Sceaux, avait en effet pris différentes mesures pour améliorer la communication entre les deux ministères.

Lire aussi