Refondation de l'école : le bilan du gouvernement

Les Journées de la Refondation de l'école de la République ont permis de faire le point sur le système éducatif. Le gouvernement mise notamment sur la réussite scolaire pour tous, la priorité au primaire, et un personnel mieux formé et rémunéré.

© kzenon

La refondation de l'école de la République était l'une des priorités annoncée par François Hollande en 2012. Trois ans après l'adoption de la loi Peillon de juillet 2013, le gouvernement dresse un état des lieux des mesures mises en place depuis le début du quinquennat. Objectif : réduire les inégalités et favoriser la réussite de tous les élèves. Les Journées de la refondation de l'École de la République se sont déroulées les 2 et 3 mai au Palais Brongniart, à Paris, en présence de Vincent Peillon, Benoît Hamon, Najat Vallaud-Belkacem et le Premier ministre Manuel Valls. 

La priorité à l'école primaire

Les premières années scolaires sont décisives pour un enfant. "A l'entrée au collège, 15 % des élèves connaissent déjà des difficultés sévères ou très sévères et 25 % ont des acquis fragiles", précisait le ministère de l'Education. C'est la raison pour laquelle, le gouvernement souhaite donner la priorité au primaire. Pour ce faire, il entend favoriser la scolarisation des enfants de moins de trois ans afin d'offrir plus de temps aux premiers apprentissages. Sur ce point, les syndicats regrettent néanmoins que les chiffres annoncés ne soient pas atteints : 3 000 postes dédiés étaient en effet prévus, et seuls 900 ont été créés. Même chose pour le nombre de postes d'enseignants consacrés au dispositif "plus de maîtres que de classes" destiné à mieux encadrer les élèves (2 360 créés sur les 7 000 annoncés). La refondation de l'école prévoit également une meilleure orientation avec le "conseil école-collège", qui permet une transition plus sereine entre les deux établissements. 

Les nouveaux rythmes scolaires

Depuis la rentrée 2013, la semaine comporte quatre jours et demi d'heures de classe. Ces nouveaux rythmes scolaires ont permis d'alléger la journée d'environ 45 minutes et de concentrer les apprentissages le matin afin de favoriser la concentration des élèves. L'autre objectif étant de passer de 144 jours par an à 180 jours de cours, et de se rapprocher ainsi de la moyenne de l'OCDE qui est de 187 jours. Pour autant, cette nouvelle organisation a crée des polémiques, notamment sur le coût pour les communes et la fatigue qu'entraîne ces nouveaux rythmes sur les enfants.

Des professeurs mieux payés et mieux formés

Pour récompenser les instituteurs, le premier ministre Manuel Valls a annoncé que leur prime serait triplée dès la rentrée 2016, passant de 400 euros à 1 200 euros par an, soit une augmentation de 800 euros que ces derniers ne cessaient de réclamer. Actuellement, un enseignant du primaire gagne en moyenne 2 210 euros mensuel, soit 400 euros de moins que ses collègues du collège ou du lycée. Par ailleurs, la refondation de l'école mise aussi sur une meilleure formation des enseignants. Des préparations aux concours de recrutement sont ainsi proposées et le site www.devenirenseignant.gouv.fr permet de mieux orienter les jeunes qui souhaitent faire ce métier. 

Numérique à l'école, nouveaux programmes...

Dès la rentrée 2016, les élèves vont apprendre autrement : le numérique, qui sera généralisé dans 1 510 collèges et 1 256 écoles et de nouveaux programmes et disciplines seront introduits. Au collège par exemple, une deuxième langue vivante sera enseignée à tous les élèves de 5ème, les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) seront communs de la cinquième à la troisième et les classes européennes seront supprimées, contrairement aux classes bilangues.

Parmi les autres objectifs de la refondation de l'école, le ministère de l'Education mise sur l'éducation prioritaire pour lutter contre les inégalités, sur l'amélioration du climat scolaire et la transmission des valeurs de la République pour prévenir les violences à l'école. Pour y parvenir, le gouvernement prévoit de créer 60 000 postes d'enseignants supplémentaires en 2016.

La refondation de l'école de la République © Ministère de l'Education nationale

Lire aussi