Les consignes de sécurité sont maintenues dans les écoles

La sécurité des élèves et des personnels dans les écoles, les collèges et les lycées constitue une priorité pour le ministère de l'Education nationale, qui a mis en place des mesures de prévention et de protection pour la rentrée scolaire.

Les consignes de sécurité sont maintenues dans les écoles
© Goodluz - 123RF

[Mise à jour du 29/08/2017] Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, en partenariat avec le ministère de l'Intérieur, a présenté une série de mesures afin d'améliorer la sécurité des écoles et des établissements scolaires, lors de la conférence de presse du mardi 29 août 2017. Ces consignes de sécurité seront à appliquer sur tout le territoire dès la rentrée des classes prochaine, lundi 4 septembre. "Chaque école dispose désormais d'un plan particulier de mise en sûreté (PPMS), qui prend en compte le risque terroriste (PPMS attentat-intrusion)", précise le ministère de l'Education nationale, dans son communiqué, pour qui sécuriser les écoles et les établissements scolaires reste au cœur de ses préoccupations, particulièrement depuis les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Consignes Vigipirate, éducation à la sécurité, attitudes à adopter en cas de crise... On fait le point. 

Quelles sont les consignes de sécurité à retenir pour la prochaine rentrée scolaire ?

  • L'accueil à l'entrée des écoles et établissements scolaires est assuré par un adulte ;
  • Un contrôle visuel des sacs peut être effectué et l'identité des personnes étrangères à l'établissement est systématiquement vérifiée ;
  • Chaque établissement scolaire doit réaliser des exercices de sécurité (prioritairement l'exercice attentat-intrusion) au cours de l'année scolaire, dont un avant les vacances de la Toussaint. Ces exercices auront pour but de valider, corriger ou préciser la procédure à suivre selon le PPMS attentat-intrusion ;
  • Une attention particulière doit être portée à la gestion des flux d'élèves, aux entrées et aux sorties des établissements, et particulièrement ceux qui comportent un internat. Le ministère précise qu'il faut éviter tout attroupement, près de l'établissement scolaire, pour éviter tous risques de menace d'attaque directe.
La bonne attitude en situation de crise. En cas d'intrusion ou d'attentat terroriste dans les écoles ou les établissements scolaires, le PPMS attentat-intrusion définit les consignes à respecter afin d'optimiser la mise en sécurité des élèves (évacuation, regroupement, confinement) et des personnels, et d'attendre l'arrivée des secours. Cette procédure doit permettre aux élèves et aux personnels de mieux appréhender leur environnement en situation de crise, notamment dans : la reconnaissance de l'alarme et de la fin de l'alarme, la découverte des cheminements, l'identification des lieux de confinement, des cachettes ainsi que des éventuelles sorties ainsi que le repérage des objets permettant de se barricader et de se protéger.

Un renforcement de la chaîne d'alerte et de la gestion de crise

Afin d'améliorer davantage la sécurité des écoles et des établissements scolaires, des instructions du ministère de l'Education nationale et de l'Intérieur ont été transmises mi-juin aux recteurs et aux préfets. 

  • Les recteurs bénéficieront d'un rappel d'une instruction ministérielle concernant le contexte, les postures à adopter en cas de menaces et des précisions seront apportées sur le rôle de la cellule de veille et d'alerte ainsi que des différents acteurs aux niveaux national, régional et départemental. 
  • Chaque école aura un interlocuteur spécialisé pour l'accompagner dans la réalisation de son PPMS, de ses exercices d'évacuation, de mise à l'abri ou de confinement et de ses diagnostics sécurité ou sûreté. Il relaiera les instructions du ministère et du rectorat. 
  •  La formation des personnels de l'Education nationale va être renforcée à la rentrée prochaine "afin de diffuser la culture de la sécurité dans la communauté éducative", passant de 500 à 1 500 formations par rapport à 2016 et notamment pour les personnels de direction des établissements.
  • Le personnel de l'éducation, les élèves et leurs familles sont sensibilisés aux techniques de premiers secours et aux gestes qui sauvent.  
  • Des cellules de veille et d'alerte seront mises en place dans chaque rectorat et garantissent une réactivité maximale en cas d'urgence, elles doivent permettre de prendre des décisions rapides.
Prévention de la radicalisation. Le ministère de l'Education nationale a mis en place des mesures afin de lutter contre la radicalisation des jeunes. Plusieurs dispositions comme la lutte contre les obscurantismes dans le cadre des enseignements, le signalement des élèves présentant des risques de basculement ou le suivi particulier de l'instruction à domicile et de l'enseignement privé hors contrat par les inspections et les rectorats ont été appliquées.

Lire aussi :