Comment favoriser l'apprentissage de la lecture et de l'écriture en CP ?

Pour la première fois, une enquête s'est intéressée aux méthodes d'enseignement de la lecture et de l'écriture chez les petits écoliers. L'objectif : identifier les pratiques les plus favorables aux apprentissages.

Comment favoriser l'apprentissage de la lecture et de l'écriture en CP ?
© Monkey Business

Alors que les enfants ont fait leur rentrée en ce début de mois, une étude de grande ampleur s'est intéressée pour la première fois à ce qui se passe réellement dans les classes de CP. Pendant plus de trois ans, 140 enquêteurs ont suivi 2 507 élèves scolarisés dans 131 classes de CP, en les filmant à trois moments différents durant une semaine. Initiée par l'Institut français de l'éducation et co-financée par le ministère de l'Education, l'enquête "LireEcrireCP" dont les résultats ont été publiés mercredi, vise à identifier les pratiques les plus favorables aux apprentissages.

L'enquête dirigée par Roland Goigoux, spécialiste de l'enseignement et de la lecture, a permis de faire ressortir plusieurs points. A commencer par le temps dédié aux apprentissages. En moyenne, les enfants consacrent 7h22 par semaine à la lecture et à l'écriture. 

Les bienfaits de la dictée. Selon l'enquête, 15 minutes de dictée (et pas davantage) sont utiles pour améliorer l'apprentissage de la lecture et de l'écriture. Un instituteur qui en ferait pendant 25 minutes n'aurait aucun résultat supplémentaire. 

Aller vite dans les méthodes d'apprentissage. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les enseignants qui prennent le temps dans leur méthodes d'apprentissage au début du CP, pour ne pas "perdre" les élèves ayant davantage de difficultés que les autres, ne font que les desservir. En effet, si les instituteurs ne vont pas assez vite dans l'apprentissage des "correspondances graphèmes-phonèmes" du type O + U = OU, ils pénalisent les élèves les plus faibles qui risquent alors de perdre le fil. 

Les chercheurs recommandent ainsi aux instituteurs de donner une vue d'ensemble de la construction de la langue française dès les neufs premières semaines de CP, soit avant la fin du mois d'octobre. "Si vous donnez à votre gamin cinq briques de Lego, sa capacité à faire des maisons est assez limitée, il va se désintéresser assez vite. Si vous lui donnez un plein seau, il se perd. Si vous lui en donnez une quinzaine, peut-être que ça permet de construire des maisons et en tout cas de fabriquer une dynamique d'auto-apprentissage", explique M. Goigoux.

Simplifier les textes. Les chercheurs préconisent aussi de simplifier la lecture lors de l'apprentissage des sons. Par exemple, lorsque l'objectif est de travailler sur le son "ON", il  est en effet préférable de choisir une phrase telle que "Léon fait un rond sur le pont" plutôt qu'un texte élaboré qui compliquerait la compréhension de l'enfant.

Globale ou syllabique ? La méthode de lecture globale, consistant à apprendre à lire un mot dans son ensemble ne fait pas l'unanimité, certains préférant la méthode visant à déchiffrer les mots syllabe par syllabe. Mais que les parents se rassurent, ce débat n'a pas lieu d'être. Selon l'étude, 81 % des instituteurs utilisent un manuel tandis que 19% s'en passent, mais quel que soit le support, les résultats varient peu d'une classe à l'autre. "Les choix techniques (des enseignants) pèsent peu dès lors que ces derniers sont expérimentés et qu'ils savent rester maîtres de leur classe", précise Roland Goigoux.  

Les premiers résultats de l'enquête seront présentés le 25 septembre auprès des enseignants, et les chercheurs continueront d'analyser les différentes données recueillies en 2016 et en 2017.

Lire aussi