5 000 enfants réfugiés accueillis dans les écoles

Plus de quatre ans après le début du conflit syrien, la France va intégrer plusieurs milliers d’élèves réfugiés dans les écoles françaises, révèle l’Education nationale.

5 000 enfants réfugiés accueillis dans les écoles
© Egyptian Studio

Près de 30 000 réfugiés doivent être accueillis en France d’ici à 2017. Selon les estimations, un tiers d’entre eux aurait besoin d’être scolarisé, soit 4 000 à 5 000 élèves par an. Le ministère de l’Education nationale assure que les élèves, y compris les plus de 16 ans, pourront apprendre le français et rejoindre les bancs de l’école dans quelques semaines, comme le révèle Le Figaro. Ils intégreront des dispositifs spécifiques au cours desquels ils bénéficieront d’un soutien linguistique et d’une "philosophie d’intégration au cursus "ordinaire"". Les logements de ces réfugiés et la répartition des élèves sur le territoire doivent être encore définis. Pascal Brice, le directeur de l’Ofpra, a expliqué au journal que les demandeurs d’asile fuyant Daech sont "essentiellement des hommes mais également des familles, appartenant plutôt aux classes moyennes. Ils ont un niveau de formation plutôt élevé, s’inquiètent de l’avenir de leurs enfants et posent des questions sur la manière dont ils seront accueillis et hébergés, sur leur statut légal, la scolarisation ou l’université".

Une majorité d’enfants syriens ne sont plus scolarisés dans le monde. Deux millions d’enfants se sont enfuis de Syrie, plus de quatre ans après le début du conflit. L’Unicef alertait déjà dans son rapport datant de décembre 2013 sur "l’effondrement de la scolarisation en Syrie, la transformation des écoles autrefois considérées comme des lieux sûrs, aujourd’hui devenues des espaces de tous les dangers, et l’immense fardeau qui pèse sur les systèmes scolaires des pays limitrophes, en raison de l’arrivée de plus d’un million de jeunes réfugiés". En 2013, seule une minorité de ces enfants réfugiés (34%) avait retrouvé les bancs de l’école. Ils étaient ainsi 500 000 à 600 000 enfants à ne suivre aucun cursus scolaire.

45 000 élèves "allophones", c’est-à-dire qui ne parlent pas français, soit près de 5% des effectifs scolaires, sont reçus chaque année en France. Ils viennent généralement du Maghreb, d’Afrique subsaharienne, d’Europe de l’Est et d’Asie. Parmi eux, 70% à 90% bénéficient d’un dispositif d’accueil dédié à l’école primaire et au collège, selon les chiffres de l’Education nationale. Cependant, beaucoup de ces élèves redoublent et parfois même décrochent. Par ailleurs, tous les établissements ne possèdent pas de structures adaptées pour accueillir ces élèves.

Lire aussi