Poux : "Il ne faut pas utiliser d’insecticide sur la tête des enfants"

Les poux sont le cauchemar de tout parent. Car même avec une hygiène irréprochable, il est difficile d'y échapper. Quels produits faut-il utiliser ? Comment prévenir leur apparition ?… Interview du Dr Arezki Izri, parasitologue et entomologiste médical.

© JorgeAlejandro

La rentrée est passée et votre enfant commence à se gratter la tête ? Et s’il avait des poux ? Ces petites bêtes ne sont pas dangereuses mais particulièrement dérangeantes, d'autant plus qu'elles peuvent sévir chez tout le monde. Mais le principal problème, c'est que les poux résistent aux shampooings ordinaires. Quant aux lotions, shampooings et autres soins spécifiques pour venir à bout des poux, ils ne sont pas toujours efficaces. Comment traiter en toute sécurité la tête de son enfant ? Quel produit anti-poux choisir ? Le Dr Arezki Izri, parasitologue et entomologiste médical, répond à nos questions.

Y a-t-il des produits anti-poux inefficaces ou à éviter ?

Dr Arezki Izri : Oui, il faut absolument éviter d'utiliser les produits contenant des insecticides et des pesticides. Les produits dérivés de la pyréthrine ont très bien marché jusque dans les années 80 mais depuis la fin des années 90, ils ne fonctionnent plus car les poux sont devenus résistants aux substances actives. Quant aux organophosphorés comme le Malathion, ils sont certes très efficaces mais à quel prix ? En plus d’avoir une odeur désagréable, ils sont irritants, brûlent le cuir chevelu, cassent les cheveux et peuvent même provoquer des bronchospasmes si l’enfant est asthmatique. Cela fait 15 ans que j’affirme qu’il ne faut pas utiliser d’insecticides sur la tête des enfants. Les études démontrent leur efficacité à un instant t mais ils ne sont pas si inoffensifs que ça.

Que faut-il alors utiliser ?

Il existe des huiles qui présentent de bons résultats si elles sont bien utilisées. Leur principe est simple : elles étouffent les poux. En plus, elles ne contiennent pas de produits chimiques et ne sont pas toxiques. Ce traitement doit être fait au moins une fois par semaine pendant deux à trois semaines. Il n’est pas nécessaire d’alterner les huiles car il n’y a aucun risque de résistance. Il existe par ailleurs l’ivermectine qui est une molécule contenue dans les médicaments indiqués en cas de gale. Elle fonctionne très bien sur les poux mais pas sur les lentes. Deux prises orales sont nécessaires pour venir à bout des poux mais cette molécule n’est administrée qu’aux personnes pour qui les traitements locaux ne fonctionnent plus. En effet, s'il y a une trop large utilisation, les poux deviendront là aussi résistants.

Existe-t-il des traitements "naturels" ?

Non, le vinaigre pur va, par exemple, aider à décoller les lentes mais son efficacité s’arrête là. Aussi, je recommande de l’utiliser avec précaution en diluant une cuillère à soupe dans un verre d’eau. Les huiles essentielles sont quant à elles très complexes, je les déconseille. Utilisées concentrées et de manière répétée, elles sont très toxiques pour les insectes mais aussi pour les enfants. Aucune étude n'a démontré leur innocuité vis-à-vis de l’enfant et leur efficacité sur les poux. Beaucoup de travaux sont encore à réaliser dans ce domaine. 

Pourquoi est-ce si difficile de trouver un traitement contre les poux ?

Les gens veulent de l’efficacité, il faut que ça marche vite et bien. Les insecticides étaient donc une bonne solution car ils étaient faciles et rapides à utiliser mais aujourd’hui ces produits ne fonctionnent plus. Il est particulièrement difficile de trouver une molécule qui ne tue que les insectes car actuellement, ce qui est toxique pour les insectes l’est aussi pour l’homme. Il faut donc que celle-ci n’ait pas de toxicité pour les enfants, pour l’environnement…

Est-ce nécessaire de tout laver ?

Pas du tout ! Les poux vivent sur le cuir chevelu car ils ont besoin d’humidité, de chaleur et de sang. Une fois qu’ils ne sont plus sur la tête, ils meurent en quatre à six heures, il est donc inutile de laver draps, couettes, coussins, etc. Si votre enfant a des poux, demandez-lui toutefois d’éviter de se coiffer au-dessus de son lit avant le coucher…

Que conseillez-vous pour "éviter" les poux ?

Les parents s’affolent à la rentrée mais les poux sont présents toute l’année ! Il n’y a pas de soin préventif à appliquer. Il faut que les parents regardent le cuir chevelu de leurs enfants, passent le peigne fin au moins une fois par semaine, attachent les cheveux longs et leur coupent régulièrement les cheveux. Lorsqu’il y a un manque de surveillance parentale, l’enfant a en effet plus de risques d’avoir des poux.

Lire aussi