Mon enfant fait pipi au lit, quand s'inquiéter ?

L'énurésie peut avoir des répercussions sur la vie familiale et sociale de l'enfant, et ne doit pas être banalisée. Des gestes simples permettent de l'aider à éviter ces petits accidents nocturnes. Conseils du Professeur Xavier Gamé, urologue au CHU de Toulouse et Secrétaire Général de l'Association Française d'Urologie.

Mon enfant fait pipi au lit, quand s'inquiéter ?
©  lenetstan-123RF

L’énurésie nocturne est le terme employé en médecine lorsqu'un enfant en âge d'être propre, c'est-à-dire au-delà de 5 ans, fait pipi au lit de façon involontaire et inconsciente. Cette affection est fréquente pendant l’enfance, avec environ 6 % des enfants de 6 à 10 ans et 3 % des adolescents de 11 à 14 ans concernés. Par ailleurs, 40 % des énurésies nocturnes sont considérées comme sévères, c’est-à-dire que l’enfant a au moins trois accidents par semaine. L'énurésie peut même persister chez l'adolescent, voire chez l'adulte. Le risque qu'un enfant demeure énurétique à l'âge adulte est de 3 % s'il n'est pas pris en charge pendant l'enfance.

Enurésie primaire et secondaire

On parle d’énurésie primaire lorsque l’enfant n’a jamais été propre. Pendant six mois consécutifs sans traitement depuis sa naissance, l’enfant n’a ainsi jamais acquis son contrôle mictionnel nocturne. Concrètement, l'enfant de cinq ans n'arrive toujours pas à se passer de couches pendant la nuit. Dans 30 % des cas, l’énurésie est secondaire. Ainsi, l’enfant qui ne faisait plus pipi au lit se remet à le faire après un événement perturbant (arrivée d’une petite sœur ou d’un petit frère, accident, divorce…). On distingue également l’énurésie isolée (aucun trouble identifié dans la journée) de l’énurésie non-isolée qui est accompagnée d’autres problèmes le jour (constipation, fuite…).

Pipi au lit : quelles sont les causes ?

"Des facteurs psychologiques peuvent être en cause: des cas d'énurésie peuvent survenir chez des enfants stressés (à l'approche de la rentrée scolaire, lors d'un déménagement par exemple), ou ceux dont les parents ont voulu les rendre propre très tôt", précise le Professeur Xavier Gamé, urologue au CHU de Toulouse et Secrétaire Général de l'Association Française d'Urologie (AFU). "Très souvent, lorsqu'on met la pression à l'enfant pour qu'il soit propre rapidement, il apprend trop à se retenir. Résultat : il ne fait pas pipi correctement, et ne vide pas complètement sa vessie", explique-t-il. 

Autre cause ; l'immaturité vésicale, qui "concerne les enfants dont la vessie n'a pas encore appris à être bien contrôlée. Elle se contracte de manière spontanée et automatique, ce qui peut engendrer des fuites pendant que la vessie se remplit", ajoute le spécialiste. Elle est plus fréquente chez les filles et se caractérise par des besoins impérieux d'uriner tout au long de la journée, ainsi que par des fuites urinaires lors de toux, de rires, etc. Ce type d'énurésie se traite essentiellement par rééducation des mictions.

Enfin, dans des cas plus rares, il peut y avoir des malformations de l'appareil urinaire, ou encore des problèmes neurologiques qui peuvent être responsables de fuites urinaires.

Pipi au lit: nos conseils

- De simples conseils, pour parents et enfants, donnent de très bons résultats. Le principal, c'est de mettre en confiance l'enfant, de le responsabiliser, et surtout de ne pas le faire culpabiliser en lui disant des phrases du type : "tu le fais exprès", "je vais encore devoir nettoyer tes draps !" etc. Évitez également d'en parler devant des personnes extérieures au cercle familial, afin que l'enfant ne développe pas un sentiment de honte.

- Rien ne sert non plus de le punir au risque d'amplifier ce trouble. En effet, selon une précédente étude italienne datant de 2016, pour 59,2% des enfants non réprimandés, l'énurésie diminuait, contre 40,7% des enfants ayant été punis.

- Pensez à faire boire votre enfant le plus possible dans la première partie de la journée

- Encouragez-le à aller aux toilettes pendant la journée. Parfois, parce qu'ils sont occupés à jouer ou parce qu'ils trouvent les toilettes sales par exemple, les enfants se retiennent, augmentant également le risque d'énurésie. Vérifiez qu'il va également faire pipi avant le coucher.

- Évitez les boissons gazeuses, salées (attention à la composition des eaux minérales) ou calciques (lait), surtout en fin de journée, car elles peuvent aggraver l'énurésie.

- N'hésitez pas à donner des explications anatomiques et physiologiques à votre enfant, pour qu'il comprenne bien pourquoi il fait pipi au lit. Faites des dessins simples par exemple.

- Essayez de responsabiliser l'enfant. Par exemple, il ne doit pas réveiller systématiquement ses parents lorsqu'il se réveille en pleine nuit (vous pouvez placer des veilleuses dans le couloir et laisser les portes ouvertes pour faciliter l'accès aux toilettes), il peut aider ses parents à changer les draps et son pyjama etc.

- Installez une alèse pour protéger le matelas. Des draps-housses plastifiés en dessous existent aussi.

- Évitez les couches la nuit, même si cela paraît plus pratique. Néanmoins, les culottes jetables peuvent être utiles dans certaines circonstances (à l'extérieur par exemple).

- Intéressez-vous à ses progrès, valorisez-le, en tenant par exemple un cahier mictionnel, un calendrier, ou en dessinant de petits soleils sur la porte de sa chambre lorsqu'il parvient à faire une nuit au sec.

Pipi au lit : quand consulter ?

Si ces gestes d'hygiène ne suffisent pas, et que votre enfant mouille chaque nuit son lit, n'hésitez pas à demander conseil à votre pédiatre. "C'est surtout lorsqu'une dysfonction mictionnelle est associée à une infection urinaire qu'il faut consulter sans tarder", recommande le professeur Xavier Gamé, car "cela indique qu'il y a un problème sous-jacent, avec un risque de retentissement sur les reins". Il ne faut donc pas banaliser l'énurésie comme un simple "pipi au lit". Il est recommandé alors d'effectuer un bilan morphologique avec une échographie (afin de vérifier qu'il n'y ait pas de malformations). Il est également nécessaire d'éliminer l'infection urinaire au plus vite. "Un spécialiste pourra par ailleurs procéder à une débitmétrie urinaire (l'enfant fait pipi dans une machine avec un entonnoir) afin de vérifier si l'urine a un débit normal". 

Sachez aussi que jusqu'à l'âge de 7 ans environ, un petit accident peut toujours arriver, sans pour autant que cela soit alarmant. C'est seulement si cela arrive régulièrement que l'on peut parler d'énurésie.

Ne pas tarder à consulter. Cette affection peut persister jusqu'à l’âge adulte sans prise en charge adaptée. Néanmoins, lorsque l’énurésie est correctement diagnostiquée et prise en charge, les résultats sont généralement positifs. Il est ainsi essentiel de ne pas attendre que ça passe et de ne pas hésiter à consulter son médecin généraliste ou son pédiatre. Car même si les enfants qui font pipi au lit sont généralement en bonne santé, cela ne les empêche pas d'en souffrir. Appréhension du réveil, peur de la réprimande, honte vis-à-vis des copains, etc : les répercussions à la maison et à l'école sont nombreuses. Autant de raisons pour que la prise en charge se fasse le plus rapidement possible. Parlez-en d'abord avec votre médecin généraliste, puis, s'il l'estime nécessaire, il pourra vous orienter vers un urologue. Lors de la première consultation, celui-ci va prescrire un recueil des urines sur 48 heures et vous demandera de tenir un calendrier mictionnel. Si besoin, il complétera avec d'autres examens permettant de déterminer la ou les causes de l'énurésie puis les solutions à envisager.

L'énurésie nocturne peut avoir des répercussions sur la vie familiale et sociale de l'enfant. Il peut en effet avoir une faible estime de soi, un sentiment de culpabilité, d'humiliation, d'anxiété et d'isolement, peut-on lire sur le site www.pipi-au-lit.net, qui permet de mieux comprendre ce qu'est l'énurésie. 

Pipi au lit : quels traitements ?

En complément des petits conseils psycho-comportementaux sur lesquels les parents peuvent influer, le médecin peut proposer d'autres solutions pour traiter l'énurésie. "Il existe des médicaments adaptés en fonction du bilan effectué chez l'enfant. En cas d'hyperactivité vésicale par exemple, on peut avoir des traitements anticholinergiques, qui vont permettre de diminuer les contractions automatiques de la vessie", précise l'urologue.

Il y a ensuite la rééducation, qui vise à réapprendre à l'enfant à uriner correctement. "On lui apprend à se relâcher et à trouver ce moment agréable. En effet, au moment de l'apprentissage de la propreté, l'enfant se retient pour faire plaisir à ses parents, et cela crée un stress", rappelle Xavier Gamé. 

Enfin, dans les formes plus sévères et lorsqu'il n'y a pas d'autres causes associées (neurologiques ou de malformations), "le traitement passe alors par de la Desmopressine (ou Minirina), une hormone qui bloque la production d'urine la nuit", ajoute l'urologue. Il s'agit de traitements sur de courtes durées (quelques mois), et l'on observe s'il y a des améliorations. "Souvent, ce traitement permet de corriger l'énurésie, et lorsqu'on l'arrête, il n'y a plus de problème". 

Pipi au lit et homéopathie ?

"Il y a aujourd'hui peu de données sur le sujet, si l'on veut se baser sur les éléments scientifiques pour soutenir ce type de traitements", précise le Secrétaire Général de l'AFU. "Dans une prise en charge globale, il y a probablement un effet placebo qui n'est pas à négliger, et il est difficile d'affirmer qu'un traitement homéopathique est à coup sûr efficace", précise-t-il.

EN VIDEO - Ce qu'il faut savoir sur l'énurésie

Lire aussi