Varicelle : comment apaiser bébé et éviter les cicatrices ?

Neuf régions de France sont actuellement touchées par la varicelle, de manière modérée pour la plupart. Cette maladie infantile bénigne est plutôt dérangeante pour l'enfant, qui souffre de démangeaisons. Comment le soulager et éviter les risques de cicatrices et d'infections ? Conseils.

Varicelle : comment apaiser bébé et éviter les cicatrices ?
© Jaren Wicklund

Mise à jour du 16/05/2018]. La varicelle touche 90% des moins de 15 ans, principalement les enfants âgés de 2 à 10 ans. Comme chaque année, le réseau Sentinelles enregistre une augmentation des cas de varicelle au printemps. La semaine dernière, du 7 au 13 mai 2018, le virus est resté présent en France, et neuf foyers régionaux sont concernés. "Le taux d'incidence des cas de varicelle vus en consultation de médecine générale a été estimé à 29 cas pour 100 000 habitants", précise le dernier bulletin hebdomadaire. Parmi les régions les plus touchées, deux régions de France métropolitaine ont été classées en activité forte. C'est notamment le cas en Normandie (52 cas pour 100 000 habitants), et en Auvergne-Rhône-Alpes (42 cas pour 100 000 habitants). Par ailleurs, cinq autres régions sont considérées en activité modérée comme la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (39 cas), l'Occitanie (36 cas), la Bretagne (33 cas), les Pays de la Loire (27 cas), les Hauts-de-France (26 cas), la région Grand Est (23 cas) et enfin l'Ile-de-France avec 21 cas de varicelle.

Varicelle - Taux d'incidence départementaux Semaine 19 © Réseau Sentinelles

Comment se transmet la varicelle ?

Le virus se transmet par voie respiratoire (toux, éternuement ou inhalation de gouttelettes de salive) ainsi que par contact direct avec les lésions cutanées. Aussi, il suffit que votre enfant soit en contact avec un autre petit camarade ayant la varicelle pour qu'il l'ait à son tour. Il sera alors contagieux environ deux jours avant l'apparition des premiers boutons, jusqu'à une à deux semaines en moyenne après l'éruption cutanée. Il n'y a pas de raison de paniquer pour autant, cette maladie infantile est plutôt bénigne, mais les démangeaisons sont parfois insupportables pour les tout-petits. Et elles peuvent entraîner des cicatrices, voire des infections s'il se gratte trop. Il est donc indispensable de prévenir les complications, et cela passe notamment par une bonne hygiène ou des traitements qui pourront l'apaiser, et donc éviter qu'il se démange. 

Varicelle : quels sont les symptômes ?

La varicelle se manifeste dans un premier temps par une fièvre modérée, voire des douleurs abdominales et des maux de tête, puis par une éruption cutanée qui survient un ou deux jours plus tard. C'est d'ailleurs dans les 12 à 24h avant l'éruption de ces lésions (taches rosées qui évoluent vers la formation de vésicules remplies d'une substance transparente), que l'enfant est le plus contagieux. Les lésions se dessèchent alors peu à peu avant d'être recouvertes d'une croûte qui tombera dix jours environ lors du processus de guérison. Généralement, c'est sur le thorax et le visage que les enfants ont le plus de boutons et où les démangeaisons sont importantes.

Quel traitement pour soulager les démangeaisons ? 

Des traitements existent pour apaiser son envie de se gratter. Votre pédiatre pourra en effet préconiser l'application d'un produit antiseptique sur les lésions cutanées ainsi qu'un traitement antihistaminique adapté afin de diminuer les démangeaisons et prévenir le risque de cicatrice chez l'enfant. Le traitement de l'infection passe par la prise en charge des symptômes puisque l'origine virale de la varicelle ne nécessite pas la prescription de médicaments antibiotiques. Rappelons que seuls les cas de surinfection bactérienne requièrent un traitement antibiotique. Ne donnez surtout pas d'aspirine en raison de l'apparition d'un risque de complication (le syndrome de Reye), ni d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (comme l'ibuprofène) car cela pourrait également favoriser les complications.Lla varicelle disparaît naturellement dans un délai de dix à douze jours. Mais en cas de fièvre ou de surinfection, consultez votre médecin, qui vous conseillera vers le traitement le plus adapté pour votre enfant, en fonction de son état. 

Varicelle : comment laver bébé ?

Ce n'est pas parce que votre enfant a la varicelle que vous ne pouvez pas le laver. Bien au contraire : bains et douches à l'eau tiède ont un effet apaisant contre les démangeaisons. Baignez votre enfant en ajoutant éventuellement un peu de savon désinfectant (type Septivon®) dans le bain. En revanche, évitez l'eau chaude qui favoriserait les infections. Pour le sécher, allez-y délicatement afin de ne pas arracher ses croûtes, ce qui augmenterait alors le risque de cicatrices. Veillez enfin à ce que votre enfant ait les ongles courts et qu'il se lave régulièrement les mains, car c'est en se grattant avec des ongles sales qu'il risque une surinfection des vésicules et l'apparition de cicatrices. Quant au talc, il s'agit d'une idée reçue ! Exit les remèdes de grands-mères selon lequel le talc serait efficace en cas de varicelle pour sécher les boutons et soigner l'enfant. Au contraire, le talc favorise la macération des boutons et augmente alors le risque infectieux. On évite aussi les crèmes, les pommades et les gels. A éviter : les vêtements serrés qui collent à la peau de votre enfant et augmentent son envie de se gratter. Il est en effet préférable de lui faire porter des chemises et des pantalons larges en coton. En cas de fièvre, seul le paracétamol est recommandé. 

Quels sont les risques pour la femme enceinte ? 

Si la maladie reste bénigne chez l'enfant, elle peut néanmoins avoir des conséquences plus graves chez l'adulte, en raison de risques de complications pulmonaires ou neurologiques (méningites ou encéphalites). Il est donc recommandé de faire vacciner les adolescents entre 12 et 18 ans, ainsi que les femmes qui souhaitent concevoir un enfant et qui n'ont pas été immunisées plus jeunes. En effet, une varicelle pendant la grossesse peut avoir des risques pour le bébé, d'autant que le vaccin est contre-indiqué chez la femme enceinte et les personnes immunodéprimées. Mais selon l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, la vaccination des adultes contre la varicelle permettrait de réduire de 31% le nombre d'hospitalisation.

Lire aussi