Que faire en cas de maltraitance infantile ?

Il n'est pas toujours facile de savoir comment réagir face aux maltraitances des enfants. Quels sont les signes qui doivent alerter ? Quels numéros composer ? Les réponses à vos questions...

Que faire en cas de maltraitance infantile ?
© © Olesia Bilkei

Quelques chiffres : en 2014, 20 884 cas de violences, mauvais traitements ou abandons d'enfants ont été repertoriés en France, soit une hausse de 43 % par rapport à l'année précédente selon l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, qui précise que "80 % des mauvais traitements sont infligés par les parents". Selon les chiffres d'associations spécialisées dans la protection de l'enfance, 44 % des enfants maltraités sont âgés de moins de 6 ans, et dans 60 % des cas de maltraitance sexuelle, l'agresseur fait partie de la famille des victimes.

Qu'est-ce que la maltraitanceIl existe plusieurs types de maltraitances chez un enfant. Selon l'Observatoire Décentralisé de l'Action Sociale, "l’enfant maltraité est celui qui est victime de violences physiques, de cruauté mentale, d'agressions sexuelles, de négligences lourdes ayant des conséquences graves sur son développement physique et psychologique".

Que faire en cas de maltraitance infantile ? Face à ces maltraitances, les Français ne savent pas comment réagir et n'en parlent pas à leur entourage. Une récente étude publiée par l'association l'Enfant Bleu montre en effet que 14 % des Français déclarent avoir été victimes de maltraitances durant leur enfance et 60% d'entre eux ne se sont confiés à personne. Selon les chiffres, parmi les 45 % de Français qui soupçonnent un cas de maltraitance dans leur entourage, 39 % s'adresseraient directement aux parents de l'enfant, autrement dit à la personne susceptible d'être l'agresseur. 

Le bon réflexe à avoir en cas de soupçons est tout d'abord d'observer l'enfant et d'en parler à d'autres personnes pour comparer vos impressions. Ceci évitera de faire des suppositions et de dramatiser la situation. Si vous êtes proche de l'enfant, faites-lui comprendre qu'il peut se confier à vous s'il a envie ou besoin de parler et que vous pouvez l'aider. Enfin, composez le 119 Allô Enfance Maltraitée si vous souhaitez en discuter avec des personnes compétentes qui vous orienteront alors sur ce qu'il faut faire selon la situation.

Quels signes doivent alerter ? Il n'est pas évident de reconnaître un cas de maltraitance chez un enfant, celui-ci étant souvent traumatisé, il garde le secret de peur de représailles. Il peut également avoir honte et parfois même se sentir coupable parce qu'il peut penser qu'il est responsable de la violence subie. 

- Pour bien repérer les signaux de maltraitances physiques, il est important de vérifier à la fois les signes perceptibles (bleus, coups, brûlures, blessures, lacérations, maigreur...) ainsi que les troubles du comportement (méfiance, passivité ou agressivité, angoisses, tristesse permanente...). 

- Idem en cas de violences sexuelles. Dans ses paroles ou à travers ses dessins, l'enfant peut dévoiler des comportements à caractère sexuel. Par ailleurs, d'autres symptômes doivent alerter tels que des douleurs ou des démangeaisons situées sur les parties génitales, des difficultés d'attention, de mauvaises relations avec ses camarades et des discours à connotation sexuelle.

- Enfin, les absences de soins et négligences chez un enfant sont une autre forme de maltraitance. En cas de faim constante, d'hygiène défectueuse, de vêtements peu adaptés ou de manques de soins médicaux... l'enfant peut alors avoir un changement de comportement : fatigue et somnolence, difficultés à rester attentif, vol de nourriture, chute des résultats scolaires...

Qui contacter en cas de maltraitance ? Le 119 est le Service National d'Accueil Téléphonique de l'Enfance en Danger (SNATED). Il s'agit d'un numéro gratuit qui permet de déclarer un cas de maltraitance et d'obtenir les réponses à vos questions en cas de suspicion, grâce à une cinquantaine de professionnels de l'enfance. Si ces derniers repèrent une situation de danger, un rapport est alors envoyé à la Cellule de Recueil des Informations préoccupantes du département qui suivra ensuite le dossier et pourra intervenir en cas de besoin.

Vous pouvez également contacter les services sociaux de votre ville afin de prévenir d'un cas de maltraitance sur un enfant, ou en cas de danger, contacter la police. Attention cependant à ne pas en discuter directement avec les parents : dans la majorité des cas, ce n'est pas le bon réflexe à avoir ! En effet, vous vous adressez à la personne que vous soupçonnez le plus. De manière logique, les parents n'admettrons jamais être responsable de ce que vous avancez alors mieux vaut contacter des professionnels de la petite enfance.

Maltraitance des enfants, il faut en parler ! Discutez-en sur le forum...

 

Lire aussi