Bébés prématurés : sensibiliser pour une meilleure prise en charge

Ce vendredi 17 novembre a lieu la Journée Mondiale de la Prématurité. Pour l'occasion, l'association SOS Préma réalise une vidéo pour aider et soutenir les familles concernées ainsi que pour sensibiliser le grand public.

Bébés prématurés : sensibiliser pour une meilleure prise en charge
© Damian Palus - 123RF

En France, on compte 60 000 naissances prématurées chaque année : par jour, c'est 180 bébés qui naissent trop tôt, entre 24 et 37 semaines d'aménorrhée (SA), soit entre 5 et 8 mois de grossesse et qui doivent être hospitalisés. Parmi ces nourrissons, 1 800 ne survivent pas, 2 900 sont porteurs de handicaps et 12 000 connaissent des retards de développement. L'association SOS Préma, qui oeuvre à faire connaître la prématurité et ses problématiques et à améliorer la prise en charge des nouveaux-nés prématurés et/ou hospitalisés, a lancé, à l'occasion de la Journée Mondiale de la Prématurité qui a lieu ce vendredi 17 novembre, un film institutionnel pour sensibiliser le plus grand nombre à cet enjeu de santé publique. En effet, à cause des pratiques et des moyens très variables selon les hôpitaux et des suivis inégaux voire inexistants à certains endroits du territoire, "la prématurité, qui sépare le nouveau-né de ses parents, engendre d'importantes inégalités médicales et territoriales", déplore l'association dans son communiqué, avant de préciser que "les politiques sociales menées par les CAF de France divergent". A noter que de plus, certains textes ne sont aujourd'hui plus en accord avec les progrès de la médecine qui permettent désormais de mettre au monde des enfants de plus en plus tôt, à partir de 24 SA. A travers cette vidéo de sensibilisation à la prématurité, SOS Préma vise les familles concernées, mais aussi les équipes médicales et les pouvoirs publics afin de "réduire ces inégalités" et de communiquer "sur les spécificités du suivi médical de l'enfant prématuré".

Un enjeu de santé publique. Grâce à ses 350 bénévoles situés dans 70 antennes en France et la mobilisation de dons, SOS Préma a pu aider et soutenir plus de 600 000 familles depuis sa création en 2004. Par ailleurs, l'association a fait voter l'allongement du congé maternité des mamans de prématurés dans la Loi sur l'Egalité Salariale en 2006. Enfin, à travers des journées de formation, une organisation de groupes de réflexion (éthique, harmonisation des pratiques...) et une distribution de guides pratiques et de conseils à destination des familles et des soignants, l'organisme encourage "la mise en place de soins de développement et de suivis spécialisés jusqu'au moins l'âge de 7 ans partout en France".

© SOS Préma
Prématurité : quelles conséquences ? Un bébé né prématurément voit son développement in utero s'interrompre : ses organes, comme le cerveau, les poumons, le tube digestif ou encore le canal artériel sont présents, mais immatures. Ce développement incomplet nécessite une hospitalisation en service de néonatologie qui peut durer plusieurs mois. Si chaque bébé évolue à un rythme variable, rien ne peut présager "s'il peut potentiellement développer des complications et des séquelles à long terme", précise l'association, dont le but est d'accompagner les familles pendant l'hospitalisation, mais également lors du suivi de l'enfant.

Pour faire un don, rendez-vous sur www.sosprema.com

Lire aussi :