Syndrome des bébés à tête plate : bientôt des recommandations

La plagiocéphalie touche près de 20% des bébés. Après avoir été saisie par une association, la Haute Autorité de Santé vient d'annoncer qu'elle allait mener des travaux pour prévenir les déformations du crâne chez les bébés.

Syndrome des bébés à tête plate : bientôt des recommandations
© Dmitry Naumov - 123rf

Depuis 1994, il est recommandé de coucher les nouveaux-nés sur le dos afin de prévenir les risques de mort subite du nourrisson. Mais à force de les positionner de cette manière, de plus en plus de bébés ont la tête plate. Ce syndrome appelé plagiocéphalie concerne près de 20% des enfants. L'association Le Lien a récemment saisi la Haute Autorité de Santé en usant du "droit d'alerte". "C'est la première alerte à laquelle nous donnons une suite positive, avec inscription au programme de travail", précise la HAS, qui a reconnu un problème de santé publique. Par conséquent, un document destiné au grand public et un second pour les professionnels de santé seront publiés dans quelques mois, selon le journal Le Parisien. Les notes de la HAS porteront sur "la prévention des risques de plagiocéphalie chez le nourrisson", car précise-t-elle, "la plagiocéphalie peut conduire à des complications mécaniques, sur le plan maxillo-facial ou cervico-brachial, voire cognitives".

Quelles solutions contre la tête plate du nourrisson ? Pour y remédier, l'association Le Lien préconise d'alterner la position de bébé. "On ne veut évidemment pas revenir au couchage sur le ventre ! Nous disons seulement qu'il existe d'autres solutions, comme alterner le sommeil un jour côté droit, un jour côté gauche", déclare Claude Rambaud, vice-présidente. Elle souhaite notamment que la plagiocéphalie soit reconnue comme étant une maladie, afin qu'elle puisse être prise en charge par l'Assurance maladie. En effet, les parents peuvent avoir recours à des séances de kinésithérapie, d'ostéopathie, ou encore au port d'un casque orthopédique destiné à corriger l'asymétrie du crâne. Le problème, c'est que ces casques ne sont pas remboursés et qu'ils coûtent cher. Les prix varient de 1 000 euros à 4 000 euros. "Un tel écart, c'est un scandale !",dénonce encore Claude Rambaud dans les colonnes du Parisien.

En savoir plus sur la plagiocéphalie :