Les premiers examens cliniques du nouveau-né

Pour s'assurer de son état de santé, de sa bonne croissance et de son développement psychomoteur, bébé doit passer quelques tests, dès ses premières 24 heures.

Les premiers examens cliniques du nouveau-né
© 123Rf - Rioblanco

Le premier examen physique

Le nouveau-né doit passer un examen clinique avant qu'il puisse être transféré dans le service des suites de couches avec sa mère. Le pédiatre le mesure et le pèse, détermine son périmètre crânien afin de déceler d'éventuelles pathologies vitales respiratoires ou cardiaques (cyanose, détresse respiratoire, ou neurologique). Ensuite, et ce, afin de pouvoir dépister certaines anomalies ou malformations, il observe la motricité du nouveau-né, et examine sa tête, ses paupières, ses yeux, sa bouche, ses membres, la perméabilité de l'anus, de l'œsophage, le cordon ombilical.

Le score d'Apgar

Pratiqué systématiquement juste après l'accouchement et 10 minutes plus tard, le score d'Apgar permet de vérifier la vitalité du nouveau-né au moment de sa naissance, d'évaluer son état de santé et sa faculté d'adaptation au monde extérieur. Il se décompose en 5 tests rapides et fiables qui concernent la fréquence cardiaque, la respiration, le tonus, la réactivité à la stimulation et la coloration de la peau auxquels on attribue 0, 1 ou 2. En fonction du résultat (sur 10 points), la sage-femme peut envisager une prise en charge spécialisée (réanimation, oxygénation, désobstruction). Si le résultat souligne un cas plus grave, le bébé peut être transféré dans une unité de soins néonatals intensifs.
A savoir : un score inférieur à 7 est considéré comme anormal et nécessite des soins sérieux comme une désobstruction des voies respiratoires, un apport en oxygène et une perfusion. Un score inférieur à 4 oblige des soins de réanimations lourdes comme une intubation.

L'inspection des organes

Le médecin examine d'abord le bon aspect des organes génitaux comme l'anus et l'appareil génito-urinaire extérieur du bébé. Chez le garçon, il vérifie si ses testicules sont descendus dans le scrotum. Chez la petite fille, il peut relever la présence d'un œdème au niveau des grandes lèvres qui disparaît généralement en quelques jours. Il analyse également les pouls fémoraux au niveau de l'aine. Il palpe ses reins, sa cavité abdominale (ventre et nombril), il ausculte avec son stéthoscope le cœur et les poumons du bébé.

L'examen des pieds, des mains et des articulations

Le médecin va compter les doigts du nouveau-né, regarder la plante des pieds pour identifier un éventuel pied bot (pied tourné vers l'intérieur ou l'extérieur de la cheville), et vérifie si ses orteils se replient correctement. Puis, le médecin ausculte ses jambes et ses hanches. Un test appelé "manœuvre de Barlow" peut être effectué pour détecter une éventuelle luxation congénitale de la hanche. Il vérifie ensuite l'allure et l'état de la colonne vertébrale et ses clavicules. Enfin, il examine la forme du crâne, les fontanelles (qui doivent être souples), la bouche et le palais du bébé.

L'examen des mensurations

Le bébé est pesé et mesuré par la sage-femme ou l'auxiliaire de puériculture. A noter qu'un nouveau-né perd entre 5 et 10% de son poids dans les jours qui suivent l'accouchement à cause de l'évacuation d'un excès d'eau. Il regagnera son poids au bout de trois semaines environ. Il détermine également le périmètre crânien qui doit être proportionnel à la taille du bébé. Vingt-quatre heures plus tard, le médecin reprend ses mensurations et les reporte dans le carnet de santé du bébé.

L'examen de la vue et de l'audition 

Le médecin observe l'aspect extérieur des yeux du bébé pour déceler un éventuellement écoulement continuel de larmes (larmoiement), une cataracte ou une malformation. Il réalise également, dans les heures qui suivent la naissance, un test d'otoémissions acoustiques (OAE) qui permet de déterminer si votre bébé entend bien.

Le test de Güthrie

Le médecin effectue une petite prise de sang (test de Güthrie) soit dans le talon, soit sur le dessus de la main afin de dépister certaines maladies rares comme la phénylcétonurie, l'hypothyroïdie, l'hyperplasie congénitale des surrénales, la drépanocytose (anomalie des globules rouges) et la mucoviscidose.

L'examen des réflexes archaïques

Le médecin évalue les réflexes "primitifs" du bébé qui sont des mouvements automatiques involontaires caractéristiques des nouveaux-nés : il s'agit de la succion, la déglutition, la préhension, le réflexe de la marche sur une surface plane, le réflexe de défense (dit de Moro) ou les réflexes des points cardinaux (s'observe lorsque l'on caresse la joue de bébé, qu'il tourne alors la tête du côté qui est stimulé). Systématiquement recherchés par le médecin ou la sage-femme lors du premier examen, ils témoignent du bon développement nerveux et d'un tonus musculaire satisfaisant.

L'examen de sortie de maternité

L'examen effectué juste avant le retour au domicile permet au pédiatre de vérifier que le bébé est apte à la vie extra-utérine et d'encourager la prise en responsabilité de l'enfant par ses parents. Il permet également de vérifier le poids du nouveau-né et de définir les potentielles complications ou pathologies nécessitant une observation ou un traitement médical continu. A l'issu de cet examen, le pédiatre établit un premier certificat de santé.

Lire aussi :