Prénom breton : la justice refuse le tilde de Fañch

Le tribunal de Quimper a finalement refusé l'attribution du prénom Fañch, à un bébé breton. En cause ? Le tilde qui n'est pas reconnu par la langue française.

Prénom breton : la justice refuse le tilde de Fañch
© Gabriela Insuratelu-123rf

Les parents bretons sont attachés à leurs prénoms et il n'est pas question d'en modifier l'orthographe ! Après l'avoir refusé puis autorisé à titre exceptionnel en mai dernier, la ville de Quimper est finalement revenue sur sa décision le 13 septembre. Les parents du petit Fañch ne pourront donc pas appeler leur bébé ainsi. La raison ? Le tilde sur le "n" du prénom Fañch, qui est interdit par une circulaire et dont le signe n'est pas reconnu par la langue française. "Le principe selon lequel les prénoms de l'enfant sont choisis par ses père et mère doit connaître des limites lorsqu'il s'agit d'utiliser une orthographe qui comprend un signe diacritique non reconnu par la langue française" a précisé le tribunal. Mais les parents du petit garçon, aujourd'hui âgé de 4 mois, ne comptent pas en rester là. "On ne veut pas que ça s'arrête là. Il aura son tilde, c'est sûr. Quand ? On ne sait pas. On va voir avec un avocat et avec la mairie de Quimper ce qu'on peut faire", a déclaré Jean-Christophe Bernard, le papa. 

Rappelons qu'il existe des prénoms "interdits" par l'état civil, le plus souvent dans l'intérêt de l'enfant, au vu de la créativité parfois débordante des parents. Pour autant, dans le cas du petit Fañch, et selon l'article 75-1 de la Constitution, "les langues régionales sont reconnues comme appartenant au patrimoine de la France". A suivre donc.

Lire aussi