Allaitement : comment ça se passe dans les autres pays ?

Les pratiques en matière d'allaitement sont bien différentes selon les pays. Zoom sur les usages et les croyances les plus insolites à travers le monde, à l'occasion de la journée internationale de l'allaitement maternel.

Allaitement : comment ça se passe dans les autres pays ?
© Wong Sze Yuen

En France, deux bébés sur trois sont allaités au sein, selon une récente enquête de la Drees. Néanmoins, certaines jeunes mamans ont tendance à passer au biberon avant les six mois de l'enfant, souvent en raison des douleurs, ou du manque d'accompagnement. Mais comment cela se passe-t-il dans les autres pays ? Caroline, du blog Tétées Entêtées compare les différents usages et traditions à travers le monde. Alors que l'allaitement en public dans certains pays est plutôt mal vu, comme en Bulgarie par exemple, certaines pratiques ou croyances sont pour le moins insolites. Tour d'horizon à l'occasion de la journée internationale de l'allaitement maternel ce 29 mars : 

En Inde, le colostrum est jugé impur. Les mères attendent généralement la montée de lait avant de mettre leur nouveau-né au sein. Pour éviter le colostrum (jugé impur dans ce pays tout comme au Cambodge ou au Mexique), elles le remplacent par du lait infantile. Aussi, les bébés héritent du caractère de leur maman lorsqu'ils boivent leur lait, selon les croyances indiennes. Lorsqu'elles donnent le sein (droit de préférence), les mères doivent éviter de s'orienter vers le sud (où se trouve le "dieu de la mort").

Des cabines d'allaitement au Japon. L'allaitement maternel est une évidence pour les mères japonaises. Des salles d'allaitement, appelées jyunyuu-shitsu, sont installées un peu partout en ville. Les mamans peuvent ainsi donner le sein en toute tranquillité, dans des cabines individuelles.

En Indonésie, bébé est allaité grâce à un coursier. Les mères indonésiennes reprennent le travail assez rapidement, pour la plupart. Un service de coursier (Arga Nirwana Express) connaît un vif succès en récupérant le lait des mamans sur leur lieu de travail pour l'apporter à la nounou.

L'allaitement obligatoire dans les Émirats arabes unis. La loi impose aux mères de donner le sein jusqu'au deuxième anniversaire de bébé. Si elle rencontre des difficultés, la nourrice peut la remplacer, mais le père de l'enfant peut aussi poursuivre son épouse en justice si celle-ci refuse l'allaitement.

Les idées reçues du Liban. Les mères libanaises sont particulièrement exposées aux publicités qui vantent les bienfaits du lait infantile. Résultat : elles ne sont que 15% à allaiter durant les six premiers mois du nouveau-né. Selon les croyances, le lait maternel se transformerait en eau au-delà de 6 mois, et la mère risquerait de transmettre à son bébé ses maux de ventre en l'allaitant. 

En Norvège, pas de pub pour le lait en poudre. L'allaitement y est pratiqué pour près de 80% des mères qui n'ont aucun problème à allaiter en public. Les marques de lait en poudre sont très limitées dans les supermarchés, et aucune publicité n'est admise.

Au Mexique, on évite les aliments acides et les épices. Pour avoir un bon lait, les mères mexicaines (péruviennes ou colombiennes) privilégient la bière noire et le malt. Elles font donc attention à leur alimentation, car selon la culture hispanique, les aliments acides ainsi que le persil ou encore les épices peuvent assécher les seins de la femme qui allaite.

Au Moyen Orient, les mères sont superstitieuses. Les femmes marocaines craignent les regards mal intentionnés des personnes étrangères lorsqu'elles donnent le sein. Cela pourrait perturber, selon elle, leur bébé, qui pourrait refuser de boire son lait. Par ailleurs, les pères récitent généralement une prière avant chaque tétée, et l'allaitement est recommandé jusqu'au deuxième anniversaire de bébé.

Lire aussi