Lactarium : "le lait maternel est essentiel à la prise en charge des bébés prématurés"

Les lactariums sont des banques de lait maternel à destination des bébés prématurés. Zoom sur le fonctionnement de ces établissements avec le Pr Picaud, chef des services de néonatalogie et de réanimation néonatale à l'hôpital de la Croix Rousse à Lyon.

© Pavel Ilyukhin

Chaque année, plusieurs milliers de bébés prématurés reçoivent du lait maternel provenant d'un des 30 lactariums français. Répartis sur l'ensemble du territoire, ils collectent, préparent, traitent, conservent, délivrent et distribuent du lait humain. Ces banques de lait maternel ont aussi pour rôle de conseiller les jeunes mamans, de les aider à donner le lait à leur enfant et de les soutenir durant l'allaitement.

A qui est destiné le lait maternel provenant des lactariums ?

"Le lait maternel stockés dans les lactariums est principalement destiné aux bébés prématurés de moins d'1,5 kg. Tous les autres enfants prématurés qui ne peuvent pas avoir de lait provenant de leur mère peuvent également en bénéficier en fonction des stocks disponibles au sein du lactarium", explique le Pr Jean-Charles Picaud, chef des services de néonatalogie et de réanimation néonatale à l'hôpital de la Croix Rousse de Lyon et président des lactariums de France et d'Europe.

Quels sont les bénéfices pour le bébé prématuré ?

"Nous manquons constamment de lait maternel car il n'y a aucune campagne de soutien ni aucun moyen spécifique mis en place par les autorités de santé. Il  est pourtant essentiel que les mamans sachent que le lait maternel a des bénéfices aussi bien nutritionnels qu'immunologiques chez les bébés prématurés, et qu'il est un élément majeur dans leur prise en charge", assure le Pr Picaud. Le lait maternel réduit en effet les risques d'apparition d'entérocolite et de complications au niveau des yeux chez les bébés prématurés. "Plus on donne de lait à un enfant prématuré, moins il aura d'infections. Il apparaît même que ces enfants ont un meilleur développement cognitif par rapport aux bébés prématurés qui n'ont pas reçu de lait maternel."

Qui sont les donneuses ?

Il existe deux types de don de lait maternel. Tous deux reposent sur une démarche anonyme et bénévole. Le don personnalisé concerne les jeunes mamans allaitantes qui donnent leur lait pour leur propre enfant prématuré. Il y a aussi le don anonyme qui consiste à donner son lait afin qu'il soit redistribué à d'autres enfants. Dans la majorité des cas, "les dons de lait maternel sont faits par des femmes qui ont accouché prématurément et qui ont beaucoup de lait. Elles ont un stock de biberons disponibles pour leur bébé qui n'est pas toujours intégralement utilisé. Elles choisissent alors de faire don de ces biberons non utilisés", affirme le Pr Picaud. Moins souvent, les donneuses sont des femmes qui accouchent à terme et qui ont trop de lait. Elles décident alors d'en faire don dans une démarche altruiste, mais cela ne concerne pas la majorité des donneuses. 

Comment donner son lait ?

Après avoir pris contact avec les équipes du lactarium, la donneuse doit tout d'abord répondre à une série de questions sur ses habitudes de vie (tabac, transfusion, médicaments…), qui pourraient être une contre-indication au don. Une sérologie est également effectuée. Une fois ces étapes validées par le médecin du lactarium, la jeune mère peut collecter son lait directement dans l'établissement ou chez elle si elle habite loin. Tout le matériel nécessaire (tire-lait, biberons…) lui est alors fourni.

Quels contrôles sont effectués au sein du lactarium ?

Une fois le lait collecté, deux contrôles bactériologiques sont réalisés.

  • Le premier contrôle bactériologique permet de rechercher l'éventuelle présence de germes dans le lait maternel. S'il y en a peu ou pas du tout, le lait est alors pasteurisé. En revanche, si la quantité de germes dépasse un certain seuil, le lait est immédiatement éliminé.
  • Le deuxième contrôle a lieu avant que le lait ne soit distribué. Il consiste là aussi en la recherche de germes. Si le contrôle est positif, le lait est détruit.

"Il faut savoir qu'il y a peu de risque de contamination du lait dans les lactariums, les germes proviennent généralement de l'environnement, au moment où le lait est tiré. Il suffit de rappeler les règles d'hygiène à la maman pour que le taux de contamination diminue lors du second don", explique le Pr Picaud.

Lire aussi