Les antibiotiques liés aux allergies alimentaires ?

La prise d’antibiotiques augmente le risque d’allergies alimentaires chez les jeunes enfants, selon une récente étude.

© Wavebreak Media Ltd

Connus pour modifier la composition de la flore intestinale, les antibiotiques ne doivent pas être pris trop régulièrement, et ce quel que soit l'âge. Une récente étude américaine publiée dans la revue Allergy, Asthma & Clinical Immunology rapporte même que la prise d'antibiotiques avant l'âge d'un an favoriserait le développement d'allergies alimentaires. L'exposition des jeunes enfants à ce type de médicaments provoquerait en effet une réaction auto-immune à certains aliments. C'est en tout cas ce qu'ont constaté des chercheurs de l'université de Caroline du Sud aux Etats-Unis, rapporte Le Parisien.

Des antibiotiques plus dévastateurs que d'autres. Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont suivi 1 504 enfants souffrant d'allergies alimentaires et 5 995 du même âge exempt d'allergies alimentaires. Ils ont pris en compte le sexe, l'ethnicité ainsi que plusieurs facteurs possibles de confusion (conditions de la naissance, l'âge maternel, l'allaitement, l'eczéma, l'asthme et le lieu de résidence). Ils ont alors observé que la prise d'antibiotiques au cours de la première année de vie augmente de 21% le risque de diagnostic d'allergie alimentaire, comparé à ceux qui n'ont eu aucun traitement. Ce risque est accru de 31% dès trois prescriptions, de 43% pour quatre prises et même de 64% au-delà de cinq prescriptions. Les scientifiques se sont également intéressés à l'effet que peuvent avoir les différentes classes d'antibiotiques. Et il est apparu que les antibiotiques à large spectre tels que les céphalosporines et les sulfonamides augmentent respectivement le risque d'allergies alimentaires de 50% et de 54%. Les pénicillines et macrolides auraient quant à elles moins d'impact, selon les auteurs de l'étude. Il est donc essentiel de mieux identifier le besoin réel de prescrire des antibiotiques aux tout-petits, concluent les chercheurs.

Lire aussi