Le nombre de places en crèche reste insuffisant

La création de places en crèche n’augmente pas aussi vite que prévu, selon les chiffres du rapport du Haut Conseil de la famille. L’objectif de 100 000 places créées reste toutefois maintenu.

Le nombre de places en crèche reste insuffisant
© Gennadiy Poznyakov

Selon le rapport du Haut Conseil de la Famille (HCF) sur le mode de garde des enfants de moins de 3 ans, la crèche qui est pourtant le mode de garde préféré des parents, a un nombre de places toujours insuffisant. Avec 11 300 places créées en 2014 contre 19 600 prévues, la création de places en crèche n’augmente en effet pas aussi vite que ce qui était envisagé. La promesse de François Hollande de créer 100 000 places supplémentaires en crèche d’ici à 2017 est donc loin d’être tenue. La Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) assure toutefois dans son communiqué que "les prévisions d’ouvertures de places sont orientées à la hausse pour les années 2015, 2016 et 2017 avec un rythme annuel supérieur à 15 000 places". Selon l’organisme, les effets de ces créations pourront être observés dès la fin du quinquennat. Si le HCF estime à 11 300, le nombre de places en crèche qui ont été créées en 2014, la Cnaf voit, elle, ce nombre à la hausse avec 14 269 nouvelles places d’accueil collectif ouvertes au public l'année dernière. Elle prend par ailleurs en compte "l’optimisation du taux d’occupation d’un berceau, passé de 2,5 à 2,6 bébés par jour". Pour l’organisme, 10 000 nouvelles places accueillent donc 26 000 enfants supplémentaires. Daniel Lenoir, le directeur de la Cnaf, a ainsi affirmé que l’objectif de créer 100 000 places est maintenu.

La création de places en crèche coûte cher. La construction d’une place a presque doublé en 15 ans pour revenir aujourd’hui à 30 000 euros la place. La faute aux normes qui sont de plus en plus nombreuses et complexes avec un nombre minimal de mètres carrés par enfant, des règles d’accessibilité, une bonne qualité de peintures et du mobilier… Une crèche de taille moyenne pouvant accueillir 60 enfants revient ainsi à près de deux millions d’euros. Un tiers est financée par l’Etat, les deux tiers restants sont à la charge des collectivités locales qui n’ont pas suffisamment de moyens. Le coût de fonctionnement est lui aussi très élevé alors que paradoxalement, les parents choisissent, entre autres, de placer leur enfant en crèche pour des raions de budget. Dans son communiqué, la Cnaf indique qu’elle "a augmenté, d’une part, le montant du budget consacré à la rénovation des places de crèches existantes (19 millions d’euros contre 5 millions auparavant), et d’autre part, le montant par place de l’aide à l’investissement (+2 000 euros par place nouvelle)". Elle précise par ailleurs qu’une "aide au fonctionnement forfaitaire comprise entre 300 et 1 400 euros" peut être apportée aux crèches implantées sur des territoires" pour contribuer à réduire les inégalités territoriales et sociales". Par ailleurs, la Cnaf a reconnu un dysfonctionnement quant aux assistantes maternelles. Celles-ci devaient garder 20 000 enfants en plus, elles en accueillent finalement 7 000 de moins. Des travaux d’étude à ce sujet sont d'ores et déjà prévus pour analyser les tensions locales et mieux répondre aux besoins des familles.

Lire aussi