Pollution : un impact sur le cerveau des bébés ?

Selon une étude américaine, une exposition à la pollution atmosphérique aurait un impact négatif sur le développement de l'embryon.

© © stephane41

Ralentissement des capactités intellectuelles et troubles du comportement (hyperactivité, agressivité) pourraient être les conséquences de la pollution sur les enfants exposés pendant la grossesse de leur mère. C'est en tout cas ce que révèle une étude américaine publiée fin mars dans la revue Jama psychiatry. Selon les chercheurs qui établissent un lien entre la pollution et le développement de l'embryon, ce serait pendant les toutes premières semaines de la grossesse que la pollution affecterait le plus le développement du bébé. C'est en effet à ce moment là que les principales parties du corps (yeux, crâne, membres...) se forment.

Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) provenant des émissions des véhicules à moteur, du tabac, de la combustion du charbon... seraient en cause. On sait déjà que les polluants ont des effets sur la santé mais ils endommageraient aussi le cerveau des bébés. Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques ont étudié 40 enfants de l'état embryonnaire à l'âge de 7 et 9 ans. Les analyses ont démontré que l'exposition à ces polluants pendant la grossesse était proportionnelle aux conséquences sur le cerveau des enfants. Ils ont également observé, grâce aux IRM effectuées, une nette diminution de la substance blanche dans le cerveau des enfants ayant été le plus exposés à cette pollution in utero, ainsi que des ralentissements de leurs capacités mentales au cours de tests de QI. Les chercheurs doivent cependant élargir leurs recherches sur un échantillon plus large afin de confirmer leurs résultats. 

Lire aussi