10 trucs à savoir sur la mort subite du nourrisson

Jusqu’au 23 septembre se tient la semaine nationale de prévention de la mort inattendue du nourrisson, l’occasion de faire le point sur ce syndrome qui touche près de 500 bébés chaque année.

Mort subite du nourrisson : conseils pour éviter la MSN
© Studio DER - Fotolia

La mort subite du nourrisson, aussi appelée mort inattendue du nourrisson, concerne 400 à 500 bébés chaque année en France. Ce sont pourtant 100 à 150 de ces décès qui pourraient être évités, selon une étude de l'InVS. Pourtant, "aucune campagne de prévention n'a été menée depuis maintenant 18 ans par [les] pouvoirs publics", affirme l'association Naître et Vivre sur son site Internet. Afin de sensibiliser les jeunes parents et les professionnels de santé à ces conditions de couchage sans risque, l'Association nationale des centres de références de la mort inattendue du nourrisson (ANCReMIN) a décidé d'organiser jusqu'au 23 septembre une semaine nationale de prévention de la mort inattendue du nourrisson. Facteurs de risques, recommandations européennes… Voici 10 choses à savoir sur ce syndrome.

 Le pic de mort subite apparaît entre les 2 et 4 mois du bébé et diminue vraiment après ses 6 mois.

 Sans que l'on sache pourquoi, ce sont les garçons qui sont les plus touchés.

 Les bébés prématurés seraient aussi davantage concernés.

 Il y a un pic de MSN en hiver.

 La température de la chambre de votre enfant doit se situer entre 19 et 20 degrés. Ne modifiez cette température sous aucun prétexte.

 Le tabagisme pendant la grossesse ainsi que le tabagisme des parents après la naissance seraient de grands facteurs de risques.

 Les véritables causes de la mort subite du nourrisson ne sont pas identifiées de façon certaine. Mais les médecins s'accordent sur plusieurs facteurs de risques. Dans la plupart des cas, il y aurait un problème de literie. Un matelas trop mou, la présence d'un coussin ou d'une couette ou encore un accident de cododo peuvent occasionner un étouffement du bébé. Mais d'autres causes sont aussi probables : infections, reflux gastro-œsophagien, hyperthermie, hyperréflexivité vagale...

 Il ne faut pas surcharger de jouets ou peluches le lit de votre enfant.

 Il n'y a pas de caractère héréditaire à la MSN. Les couples qui ont déjà perdu un bébé de cette façon-là n'ont pas à craindre une récidive pour un autre enfant.

 Les autres pays préconisent d'autres mesures. Aux Etats-Unis, la tétine est recommandée car elle semble protéger les bébés. Au Royaume-Uni et au Canada, les experts s'accordent pour dire que le lit de l'enfant devrait se situer près du lit des parents mais proscrivent le cododo.

Source : Etude de l'INVS et "J'élève mon enfant" de Laurence Pernoud, réédition 2014.

Lire aussi