Journée mondiale de l'allaitement : 10 conseils pour bien démarrer

À l'occasion de la Journée mondiale de l'allaitement qui se déroule ce jeudi 29 mars, voici 10 conseils pour démarrer l'allaitement maternel le plus sereinement possible. 

Journée mondiale de l'allaitement : 10 conseils pour bien démarrer
© Wong Sze Yuen - 123RF

[Mis à jour le 29/03/18] Difficile, douloureux, fatigant... L'allaitement n'est pas toujours facile à aborder et, faute pratique et d'informations, il peut soulever quelques appréhensions. La Journée mondiale de l'allaitement qui a lieu ce jeudi 29 mars 2018 est l'occasion de rappeler à toutes les jeunes mamans que le choix d'allaiter ou non leur appartient. Si vous avez décidé d'opter pour ce mode d'alimentation naturel, voici 10 conseils pour vous aider à démarrer tout en douceur. Mode d'emploi. 

Bien s'informer avant la naissance

Idées reçues, peurs, interrogations... Si vous souhaitez opter pour l'allaitement maternel mais que des questions vous freinent, ou si vous souhaitez juste être informée, c'est le moment de vous documenter. Pensez surtout à l'entretien du quatrième mois de grossesse, qui entre dans le cadre des séances de préparation à la naissance : vous avez-là une belle occasion de parler de votre projet d'allaitement maternel avec une sage-femme qui répondra à toutes vos questions, même les plus personnelles. Cet entretien est proposé systématiquement dans les maternités. Si ce n'est pas le cas, n'hésitez pas à demander cet entretien personnalisé.

Bébé est là : vive la tétée de bienvenue

Si possible, mettez bébé au sein au plus tôt ! Cela va accélérer l'arrivée de la lactation. Dans les deux heures qui suivent la naissance maximum, si tout s'est bien passé. En effet, bébé a un réflexe de succion plus fort à ce moment. C'est pendant cette période qu'il va être le plus réceptif aux apprentissages, et donc à celui de téter pour se nourrir. Le contact peau-à-peau après la naissance est particulièrement propice pour que bébé ait envie de téter. Si toutefois cela n'a pas été possible en raison d'une césarienne, par exemple, pas d'inquiétude : votre lactation se fera de toute façon.

Le lait et ses variations : apprenez à connaître votre lait

Au tout début, vous secrétez ce que l'on appelle du colostrum : ce liquide jaune épais est un vrai concentré d'anticorps et de vitamines pour votre tout petit. Le colostrum est présent environ du premier au 4ème ou 5ème jour. Il laisse ensuite la place au lait colostral, ou lait dit de transition, un liquide jaunâtre plus épais fait de colostrum et de lait maternel : il arrive au moment de la montée de lait. Puis, vient le lait maternel, de couleur plutôt bleutée, dont la composition change en fonction du moment de la journée (il est plus riche la nuit), de l'âge du bébé et même au cours de la tétée (plus riche en eau et en lactose au début car bébé a soif, puis, plus gras pendant la tétée).

La montée de lait : appliquez quelques "trucs"

Une montée de lait peut s'avérer douloureuse : vos seins sont gonflés, chauds, lourds, tendus...  sensibles aussi ! En effet, l'afflux de lait peut donner un engorgement. Mettez bébé au sein lorsque vous ressentez cette montée de lait. Vous pouvez aussi réaliser des petits massages pour vous soulager : sous une douche chaude, massez votre poitrine en réalisant des cercles. Commencez par la base de la poitrine et massez progressivement jusqu'au centre, doucement. Cela vous permettra d'exprimer le surplus de lait. Durant un allaitement, un engorgement peut survenir (production trop importante de lait). Les mêmes conseils restent valables, vous pouvez également masser vos seins durant la tétée pour que le lait s'écoule au mieux. Un tire-lait peut aussi vous aider.

Petits désagréments : agissez !

Pendant quelques jours, la succion du bébé peut s'avérer inconfortable pour la toute jeune maman. Si c'est le cas, vérifiez la bonne position de votre bébé : ventre contre ventre, il est tourné vers vous, sa bouche couvre tout le mamelon, aréole comprise. Ses lèvres sont retroussées et sa langue placée sous le téton. Vous ne vous penchez pas sur votre bébé, vous êtes installée confortablement. Si sa succion vous fait mal, appliquez une goutte de lait sur le mamelon juste après la tétée : très efficace ! Vous pouvez aussi appliquer une crème comme castor equi, ce qui ne pose aucun problème pour les tétées de bébé et vous permettra de cicatriser. Mais encore une fois, c'est la bonne position de bébé au sein qui vous permettra d'éviter le plus possible ces désagréments. Contre les petites fuites de lait, vous pouvez prévoir de petits coussinets à glisser dans votre soutien-gorge d'allaitement. Veillez à ce titre à porter une lingerie qui vous procure un bon maintien. Pour bien choisir votre soutien-gorge, prévoyez un bonnet de plus que celui que vous portez en fin de grossesse. Privilégiez aussi les vêtements spéciaux, qui permettent d'allaiter sans trop se dévêtir, pour plus de confort.

A quel rythme bébé doit-il boire ?

Côté rythme, vous pouvez mettre bébé au sein à la demande. Les bébés sont très différents quand il s'agit de s'alimenter, mais bientôt, vous connaîtrez les besoins du vôtre. Certains vont téter 7 fois par 24h, d'autres plus ! Votre production de lait va vite s'adapter à ses besoins. Quand bébé tète, il stimule votre lactation par sa succion. C'est pourquoi il est important de le mettre souvent au sein au début et de l'y laisser tant qu'il en a besoin. Ainsi, vous répondez parfaitement à sa demande. Côté durée, certains bébés boivent en 5 minutes, d'autres ne seront satisfaits qu'après une heure de tétée indolente. Pour savoir s'il boit bien, bébé tète plus vigoureusement au début, on voit ses oreilles bouger, et on l'entend déglutir. Puis le rythme ralentit, quand il a moins faim.

Comment savoir si bébé a bien bu ?

Un bébé qui boit en quantité suffisante mouille environ 5 à 6 couches par jour, et a des selles jaunes d'or avec de petits grains. Il prend en moyenne 450 g par mois ou 115 g à 200 g par semaine, comme l'explique Mélanie Schmidt-Ulmann, auteur de 100 réflexes allaitement et doula. Une pesée hebdomadaire est normalement suffisante pour vous assurer de sa bonne prise de poids. Concernant votre alimentation à vous, elle doit être variée, et vous devez boire beaucoup, mais attention : évitez le café qui est excitant et les boissons gazeuses dont les bulles peuvent donner des coliques à votre enfant. Mangez de tout en quantités raisonnables : le goût de votre lait changera en fonction de ce que vous mangez : une bonne façon de l'éveiller aux différentes saveurs !

Et si la montée de lait ne vient pas ?

Parfois, la montée de lait se fait attendre ! Il vous sera d'autant plus nécessaire de boire en bonne quantité. D'ailleurs, allaiter donne soif ! Vous pouvez également tenter les tisanes d'allaitement, certaines mamans y voient un effet galactogène. Toutefois n'en consommez pas non-stop, car l'effet pourrait vite se dissiper. Utilisez-les quand un besoin se fait sentir. Pour un bon allaitement, il faut aussi... un bon sommeil ! Il est tentant, quand bébé dort, de s'affairer dans la maison : erreur ! Dans les premiers temps du moins, il vaut mieux dormir quand il dort également. C'est indispensable pour votre production de lait d'être bien reposée. Tant que faire se peut, évitez les biberons de complément, qui peuvent perturber votre lactation. Si besoin, parlez-en avec un professionnel de santé ou une conseillère en lactation. 

Ayez confiance en vous !

Un entourage qui vous accompagne, un mari qui vous soutient, voilà de quoi vous aider. De votre côté, avoir confiance en votre capacité d'allaiter est important, le stress ne fait pas bon ménage avec l'allaitement. Plus vous serez détendue, mieux cela se déroulera. Ayez aussi confiance en votre bébé.

Entourez-vous !

Pour vous aider en cas de besoin, n'hésitez pas à solliciter le personnel médical ou les conseillères en lactation qui apporteront les réponses aux questions que vous pourrez vous poser. N'hésitez pas non plus à demander conseil auprès de votre PMI. Des consultations sont possibles, et vous pouvez faire peser votre bébé afin de vous rassurer de sa bonne prise de poids, ou poser les questions qui peuvent vous tarauder pendant un allaitement. 

Lire aussi :