"Les filles sont des garçons comme les autres"

Le temps des jeunes filles douces et passives est révolu ! Le sociologue Michel Fize explique qu'elles sont aujourd'hui résolument modernes, allant quelquefois jusqu'à calquer leurs comportements sur ceux des garçons...

"Les filles sont des garçons comme les autres"
© Michel Fize

Les filles sont désormais les égales des garçons : du moins se vivent-elles ainsi. Elles en avaient assez d'être considérées comme la deuxième roue du carrosse familial.

Égales des garçons donc, mais pas comme eux : surtout pas ! Les petites filles n'ont plus honte de leur féminité, de leur "pénis" manquant, comme le dit la "psychanalyse à papa". Les adolescentes, naguère perdues dans la similitude voulue des féministes (femme, on n'était égale que dans la ressemblance), se présentent à nous, à nouveau, dans toute leur féminité – jusqu'à certains excès parfois (on se souvient de la polémique née du port du string, il n'y a pas si longtemps).

Féminines et égales

Ces jeunes filles le savent, l'égalité est un combat quotidien dans une société qui reste terriblement masculine, où les garçons n'hésitent pas à dégainer leur machisme, comme les cow-boys leur colt 45.
Alors, quelquefois, pour se hisser à leur niveau, les filles succombent au vilain péché de la violence. Elles parlent mal comme eux, règlent, comme eux, leurs comptes par réseaux sociaux interposés, s'insultant, "se crêpant le chignon", jusqu'à se donner, en bandes ou non, des coups mortels parfois.
Douces et gentilles, les filles ? Pas toujours. Tout est aussi possible dans le monde des filles : le meilleur et le pire.