Orientation : APB, c'est fini ?

Jean-Michel Blanquer a annoncé sur RTL que le logiciel d'affectation des bacheliers Admission Post Bac serait modifié pour mieux orienter les élèves de terminale. Le gouvernement souhaite aussi mettre fin au tirage au sort pour l'entrée en fac.

Orientation : APB, c'est fini ?
© Wavebreak Media Ltd - 123rf

[Mise à jour du 5/09/2017]. La plateforme Admission Post Bac, censée simplifier les démarches administratives lors des inscriptions, semble plus complexe qu'elle n'y paraît. Les étudiants doivent en effet suivre un calendrier bien précis, dès le mois de janvier, pour leur première saisie des vœux d'orientation. Mais cela n'assure pas à certains bacheliers de poursuivre la filière de leur choix. Ils ont beau avoir décroché leur diplôme, 127 bacheliers sont toujours sans affectation, alors que la rentrée scolaire démarre. A tel point qu'un rassemblement a été organisé ce 4 septembre devant le rectorat de Créteil, par le dispositif départemental SOS rentrée, qui joue les intermédiaires entre les élèves et le rectorat. 

Vers la fin d'APB ? Le 31 août dernier, Jean-Michel Blanquer a annoncé au micro de RTL que le logiciel APB serait modifié. Il devrait ainsi changer de nom et de formule de manière à apporter une meilleure orientation aux élèves. "La ministre de l'Enseignement supérieur lance des concertations, on ne peut pas rentrer dans les détails. Mais il faudra mieux orienter", a-t-il déclaré. Il a également annoncé que des "réformes de fond" seraient menées tout au long du quinquennat d'Emmanuel Macron. Et certaines seront immédiatement appliquées pour les élèves de terminale. "L'esprit dans lequel ce sera fait c'est surtout de mieux orienter, mieux répartir chacun, tenir compte aussi des besoins exprimés", a ajouté Jean-Michel Blanquer.

La fin des tirages au sort pour l'entrée en fac. Conformément au souhait d'Emmanuel Macron, le ministre de l'Education a confirmé la fin des tirages au sort, qu'il qualifie de "négation de la République". Dans une interview accordée au journal Le Point, le Président de la République a également évoqué la fin du mythe de l'université pour tous. "Nous ferons en sorte que l'on arrête de faire croire à tout le monde que l'université est la solution pour tout le monde. Et on ne tirera plus les gens au sort", a déclaré Emmanuel Macron. La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal devra donc trouver d'autres solutions alternatives d'ici l'automne 2017 et tout doit être mis en place avant janvier 2018, date à laquelle les lycéens et futurs bacheliers débutent leurs inscriptions sur la plateforme APB.

Valoriser l'enseignement professionnel. Rappelons que le ministère de l'Education souhaite valoriser les filières de l'enseignement professionnel, en les rendant plus attractives. "La voie professionnelle est porteuse d'insertion, d'excellence et ambassadrice des savoir-faire à la française" précise le ministère. Ainsi, l'offre de formation sera modernisée, et un plan d'actions en faveur des CAP sera lancé cette année. En outre, une expérimentation menée dans cinq académies permet aux bacheliers professionnels qui le souhaitent d'intégrer une section de technicien supérieur. 

Lire aussi