Un plan pour améliorer le bien-être et la santé des jeunes

Consultations gratuites de psychothérapies, création d'un Pass santé jeunes… François Hollande vient de dévoiler son plan bien-être et santé à destination des adolescents.

© Katarzyna BiaÅ‚asiewicz - 123RF

Le président de la République François Hollande vient d'annoncer un plan d'action "Bien-être et santé des jeunes". Et pour cause, plus de 10% des adolescents et des étudiants souffrent de mal-être, d'anxiété, de solitude, etc., selon des études nationales et régionales. Les collégiens sont par ailleurs seulement 30% à se dire satisfaits de leur vie scolaire, rapporte le plan d'action. Le plan prévoit notamment que les adolescents aient un accès en ligne à des informations de santé fiables et à des ressources géolocalisées via un site et des applications s'adaptant aussi bien aux ordinateurs, aux tablettes qu'aux smartphones. Quel contenu ? Des sites éditoriaux (fil-santé-jeunes, tabac Info-Service, sida Info-Service…) et de type "annuaires" comme les pharmacies de garde, les maisons des adolescents… Après une phase expérimentale prévue en Ile-de-France fin 2016, ce dispositif sera lancé sur le plan national au printemps 2017.

Création d'un P@ss santé jeunes. Les adolescents auront également un accès facilité aux consultations de psychologues. Pour ce faire, un P@ss santé jeunes est créé pour une période expérimentale de trois ans. Les enfants et les jeunes adultes jusqu'à 21 ans pourront ainsi consulter gratuitement un psychologue clinicien formé pour ce type de consultation, dans la limite de 10 séances, encadrées par deux séances de bilan. L'accès à ces consultations passera par les parents pour les enfants de moins de 15 ans. Ils pourront eux aussi bénéficier de la prise en charge de deux consultations.

Davantage de maisons des adolescents. Implantées dans quasiment tous les départements, les maisons des adolescents (MDA) sont des lieux d'accueil, d'évaluation pluri-disciplinaire et d'orientation des jeunes et de leur famille. Dès 2017, il est prévu un plus fort ancrage territorial des MDA "en continuant à étendre leur présence dans les territoires et en renforçant leurs partenariats avec les autres intervenants éducatifs, avec les structures de santé, avec les Points Accueil-Ecoute Jeunes, avec les collectivités territoriales", indique le plan d'action.

Des cellules d'écoute pour les professionnels des établissements et pour les élèves. Un proviseur, un enseignant, un infirmier, etc., qui souhaite par exemple avoir un regard extérieur sur une situation, accompagner un jeune, etc., pourra s'adresser à un psychologue. Comment ? Grâce à une cellule d'écoute et d'aide téléphonique ou web, assurée par un psychologue quelques jours par semaine, sous la supervision d'un médecin psychiatre. Cette permanence pour les professionnels des établissements scolaires du second degré et des universités rencontrant des jeunes en difficulté sera d'abord mise en place dans trois académies (Nancy-Metz, Nantes et Versailles) au cours de l'année scolaire 2016-2017, puis progressivement dans toute la France. Un corps unique de psychologues de l'Education nationale va également être créé dès la rentrée 2017. L'objectif est de "renforcer, au sein des établissements scolaires, la qualité de l'information, de l'écoute et de la première orientation des élèves en situation de mal-être".

Dans les établissements d'enseignement supérieur, les structures de prise en charge psychologique seront par ailleurs plus nombreuses à partir de la rentrée 2017. Le nombre de bureaux d'aide psychologique universitaire et de services universitaires de médecine préventive sera en effet augmenté.

Lire aussi