Génération Z, qui sont ces jeunes ?

Alimentation, tabac, alcool… La génération Z est particulièrement préoccupée par son hygiène de vie. Focus sur ces ados ultra-connectés.

© kho

Si on a beaucoup entendu parler de la génération Y, on connaît moins la génération Z. Elle regroupe pourtant tous les adolescents d'aujourd'hui. Sans surprise, les jeunes nés entre 1995 et 2010 sont de véritables digital natives. Mais si leurs grands frères passaient leur temps libre sur des ordinateurs, les ados d'aujourd'hui ne s'y attardent plus que rarement, voire jamais. Et pour cause, les smartphones et les tablettes les ont remplacés, permettant ainsi aux jeunes de rester connectés 24h/24 et 7j/7, qu'ils soient ou non chez eux. Il n'y a toutefois pas que les adolescents qui savent parfaitement utiliser le web de nos jours puisque la génération Z est mature sur Internet avant 13 ans, selon Eric Delcroix, auteur du blog Génération Z. "Les capacités techniques liées à l'utilisation d'un smartphone et la communication numérique chez un enfant de 6 ans et un adulte de 45 ans sont identiques", affirme-t-il.

Jamais sans communauté. Lorsqu'ils surfent sur Internet, les jeunes passent sans surprise la majorité de leur temps libre sur les réseaux sociaux. Ils sont d'ailleurs 88% à être présents sur Facebook, Snapchat, Instagram… Et chaque réseau social est utilisé à des fins bien différentes. S'ils veulent partager une jolie photo, c'est sur Instagram qu'ils le feront tandis qu'ils auront tendance à partager tous leurs faits et gestes sur Snapchat. Facebook est quant à lui utilisé pour rester en contact avec leurs camarades de classe. Aujourd'hui, les jeunes ne savent pas vivre sans "communauté". Ils ont en effet un besoin permanent de rester connectés et de communiquer virtuellement avec leurs "amis". "Les adolescents ont une stratégie de communication innée, ils sont adeptes des basiques du web 2.0", a expliqué Eric Delcroix. Il n'empêche qu'il leur est parfois difficile de reconnaître le vrai du faux sur Internet. 

Attentifs à leur hygiène de vie et à leurs dépenses. Si elle est ultra-connectée, la génération Z est aussi particulièrement soucieuse de sa santé. Les adolescents d'aujourd'hui ont en effet des habitudes de vie plus saines que leurs aînés. La dernière enquête de l'Observatoire européen des drogues et toxicomanies (OEDT) révèle par exemple qu'ils consomment moins d'alcool et de tabac. Selon un autre rapport (HBSC 2013/2014), le niveau d'activité physique des ados reste faible, mais de nouvelles habitudes se mettent en place. Les jeunes d'aujourd'hui vont en effet avoir tendance à utiliser des applications "coach" telles que Seven, Lark, etc., qui comptent les pas, motivent pour une pratique sportive régulière… S'il est indéniable que les ados sont particulièrement préoccupés par leur apparence, leurs motivations principales pour faire du sport restent toutefois le plaisir et le fait d'être en bonne santé, affirme le médecin nutritionniste Dominique Cassuto. Mais s'ils sont attentifs à leur santé, les ados font aussi attention à leurs dépenses, et ce que les parents payent ou non. Ils ne veulent également plus de voiture et préfèrent utiliser les transports collectifs, faire du vélo ou se déplacer à pieds. "Ils ont vu le chômage et ne savent pas ce que leur avenir leur réserve, c'est pourquoi ils évitent de dépenser n'importe comment", s'accordent à dire Dominique Cassuto et Eric Delcroix.

Moins de malbouffe. En ce qui concerne les habitudes alimentaires, il apparaît qu'elles se dégradent entre 11 et 15 ans. Si la fréquence du petit-déjeuner et la consommation de fruits diminuent sur cette période, il s'avère toutefois que les jeunes sont particulièrement regardants sur les produits qu'ils consomment. Ils veulent savoir d'où viennent les ingrédients, comment ils sont cultivés, qui les produisent… Ils sont d'ailleurs deux tiers à préférer les aliments et les boissons contenant uniquement les ingrédients qu'ils connaissent. Ils vont ainsi privilégier les produits naturels, frais, de qualité, plutôt que les produits préparés. Les plats faits-maison ont ainsi de plus en plus de succès auprès de la nouvelle génération, qui va avoir tendance à passer plus de temps dans la cuisine. Car ce n'est pas parce que les jeunes aiment des photos de junk food sur Instagram qu'ils vont pour autant en consommer régulièrement. "Les jeunes vont plutôt au fast-food pour passer un moment convivial que pour la nourriture", affirme Véronique Pardo, anthropologue. Avec un taux d'obésité se stabilise chez les jeunes, la malbouffe serait même le "nouveau tabac", selon Eric Delcroix.

Source : conférence organisée par le Fonds français pour l'alimentation et la santé

Lire aussi