Un logiciel pour favoriser la mixité sociale dans les collèges parisiens

Afin d’assurer une meilleure mixité sociale, l’académie de Paris va étendre le logiciel Affelnet aux collégiens entrant en 6e, dès la rentrée prochaine.

© Ian Allenden

Déjà utilisé depuis 2008 pour répartir les élèves parisiens en classe de seconde, le logiciel Affelnet va être étendu aux collégiens à la rentrée 2017. C'est en effet ce qu'a affirmé François Weil, recteur de l'académie de Paris, dans les colonnes du Monde du 12 septembre. L'objectif ? Renforcer la mixité sociale. Cette mesure ne concernera toutefois pas le privé.

Des secteurs agrandis. Jusqu'à présent, les élèves de CM2 étaient affectés dans un unique collège en fonction de leur adresse géographique, ce ne sera donc plus le cas. Les petits Parisiens entrant en sixième ne seront en effet plus nécessairement scolarisés dans l'établissement le plus proche de chez eux à la rentrée prochaine. "Paris serait découpé en "secteurs agrandis" comportant, dans l'idéal, trois ou quatre collèges", précise Francetvinfo. Ces secteurs devront dans l'idéal, associer quartiers favorisés et moins favorisés de manière à assurer une mixité sociale. Cela ne devrait toutefois pas être simple pour certains arrondissements très favorisés tels que le 16e ou le 7e… Une fois les établissements proposés, les parents devront formuler des vœux. Les enfants seront ensuite répartis.

Quels critères de répartition ? Trois types de critères encadreraient la répartition des élèves. Les enfants en situation de handicap obtiendraient par exemple automatiquement leur premier choix. Si un grand frère ou une grande sœur est déjà présent dans l'établissement, cela peut aussi influencer l'affectation de l'enfant. Celle-ci dépendrait également du salaire des parents de manière à ce que chaque établissement reflète la composition sociale du secteur, selon le site Internet. "Le nombre d'élèves prioritaires sur critère social serait ainsi plafonné." Enfin, le troisième critère tiendrait compte de la distance du domicile au collège. Les enfants qui habitent le plus près d'un établissement seraient ainsi prioritaires. Enfin, la moyenne générale de l'élève ne fait pas partie des critères retenus, une différence avec la procédure Affelnet de troisième où les notes ont un rôle déterminant dans la répartition des élèves au lycée.

Qu'est-ce qu'Affelnet ? Actuellement, Affelnet est un logiciel qui classe les souhaits d'orientation de tous les élèves en fin de 3e. Ces derniers doivent émettre entre 3 et 8 vœux selon leur académie, avant généralement le mois de juin. Le logiciel leur propose ensuite une place dans un lycée en fonction de leur barème qui dépend du lieu d'habitation des élèves, de leurs résultats scolaires et de l'attribution d'une éventuelle bourse.

Lire aussi