Bac L : les femmes, oubliées des programmes de littérature

Une enseignante de français lance une pétition "pour donner leur place aux femmes dans les programmes de littérature du bac L", qui à ce jour n'ont jamais figuré dans les œuvres à étudier pour les élèves de terminale littéraire.

© Dmitriy Shironosov

Paul Eluard, Sophocle, Gustave Flaubert, Yves Bonnefoy... ont figuré au programme du baccalauréat littéraire comme bien d'autres auteurs masculins ces dernières années. Pour 2016, les élèves de terminale étudient "Les Faux Monnayeurs" d'André Gide. Mais jusqu'à présent, jamais aucune femme n'a figuré sur la liste des œuvres à étudier. C'est ce que dénonce Françoise Cahen, une enseignante de français d'un lycée d'Alfortville (94), dans une pétition mise en ligne sur Change.org. Intitulée "Pour donner leur place aux femmes dans les programmes de littérature du bac L", cette pétition adressée à la ministre de l'Education nationale a déjà reçu plus de 12 500 signatures. "Nous ne demandons pas la parité entre artistes hommes et femmes. Nous aimerions que les grandes écrivaines comme  Marguerite Duras, Mme de Lafayette, Annie Ernaux,  Marguerite Yourcenar, Nathalie Sarraute, Simone de Beauvoir, George Sand, Louise Labé... soient aussi régulièrement un objet d'étude pour nos élèves", réclame l'enseignante dans sa pétition.

Najat Vallaud-Blekacem souhaite remédier à l'absence d'auteures dans le choix des œuvres du programme littéraire. Dans un communiqué, le ministère de l'Education nationale rappelle que le choix des livres à étudier se fait selon plusieurs critères : la littérature et l'esthétisme, la longueur des textes, l'accessibilité et la difficulté pour les élèves de terminale, la diversité (genre et période) par rapport aux années précédentes. "La ministre souhaite que désormais la place respective des auteures et des auteurs soit ajoutée à ces critères afin que les œuvres des auteures femmes puissent être étudiées. Un travail de sensibilisation sera par ailleurs mené afin que ce critère soit aussi retenu dans le choix des textes sélectionnés pour les sujets d'examens", précise le communiqué.

Rappelons qu'il y a deux ans, une élève de terminale avait elle aussi dénoncé le manque de femmes dans les épreuves de philosophie à quelques jours du résultat du bac. Le programme ne présentait en effet qu'une grande intellectuelle, Hannah Arendt, seule face à Platon, Épicure, Descartes, Pascal, Kant, Nietzsche, ou Foucault...

Lire aussi