Pertes auditives chez l’ado : quels sont les premiers signes ?

Rares sont les adolescents à ne pas avoir de la musique dans les oreilles à longueur de journée. Mais quels sont les signes à ne pas négliger ? Réponses du Dr Loundon, ORL, à l'occasion de la journée mondiale de l'Audition, qui a lieu ce 9 mars.

© My Make OU

Les adolescents sont davantage exposés à des niveaux sonores élevés que le reste de la population. Selon le bulletin épidémiologique hebdomadaire de l'Invs (janvier 2016), la quasi-totalité des 15-19 ans utilisent un casque ou des écouteurs pour écouter de la musique. Ils sont également plus de 25% à en faire un usage intensif et répété. D'ailleurs, plus de six ados sur dix assurent baisser le volume sonore ou diminuer la durée d'écoute, "rarement" ou "jamais". L'enquête JNA-Ifop (mars 2017) révèle même qu'il y a un jeune sur deux qui s'endort avec de la musique dans les oreilles. Un constat inquiétant d'autant plus que les troubles auditifs sont irréversibles. Alors comment déceler un problème auditif ? Quelles en sont les causes ?... A l'occasion de la Journée nationale de l'audition, qui a lieu ce 9 mars, on fait le point avec le Dr Natalie Loundon, médecin ORL à l'hôpital Necker (Paris).

Quels sont les risques encourus par les ados qui écoutent fort et de façon prolongée de la musique ?

Dr Natalie Loundon : Les adolescents qui écoutent de la musique avec des écouteurs et qui s'endorment avec de la musique dans les oreilles ont un risque plus élevé que les autres de voir apparaître des troubles auditifs. Toutefois, l'impact à long terme n'est pas encore observé. Pour l'instant, on ne voit en effet que les cas les plus évidents comme par exemple, les jeunes qui présentent une perte auditive car ils avaient des oreilles fragiles au départ et étaient donc plus susceptibles de développer une surdité.

Quelles sont les principales causes d'une perte auditive chez les adolescents ?

Les pertes auditives touchent majoritairement les jeunes qui ont une malformation de l'oreille interne ou qui ont des facteurs génétiques qui se décompensent à l'adolescence. Elles peuvent être également dues à un traumatisme mécanique dû à un coup lors d'un match de rugby par exemple, ou à un barotraumatisme (pétard, plongée sous-marine). Les causes sonores arrivent loin derrière mais nous n'avons pas encore assez de recul sur les réelles conséquences d'une écoute forte et prolongée de musique.

Est-ce que de manière générale, les ados devraient consulter un ORL régulièrement ?

Cela pourrait être intéressant d'avoir systématiquement un bilan auditif à l'âge de 15 ans, mais également un bilan ophtalmique, dentaire… Un dépistage de l'audition est toutefois difficile à réaliser en termes de santé publique. Cela engendrerait en effet des dépenses non négligeables alors qu'il n'y a pas de recommandation particulière à ce sujet. Il est préférable de bien informer les jeunes gens quant aux signes qui doivent les alerter.

Quels sont les signes qui doivent amener un adolescent à faire un bilan auditif ?

Les traumatismes sonores liés à une musique forte correspondent en fait à une atteinte des fréquences aigües. Si celles-ci sont faiblement touchées, la personne ne s'en rend pas nécessairement compte. En revanche, le premier signe qui doit alerter un adolescent est la gêne dans le bruit. Lorsque les fréquences très aigües sont atteintes, il est en effet difficile pour l'individu de reconnaître la parole dans un milieu bruyant. Il y a d'autres signes plus rares et généralement post-traumatiques, qui vont alors avoir un impact sur l'équilibre. L'adolescent pourra par exemple avoir des sensations de vertige mais aussi des acouphènes ou la sensation d'oreilles bouchées. Si un jeune présente l'un de ces signes, il doit faire un bilan auditif c'est-à-dire un examen d'audiométrie tonal et vocal. L'ORL détermine en fait oreille par oreille et fréquence par fréquence si la personne entend correctement mais aussi si elle comprend grâce à un test d'intelligibilité de la parole.

Quels conseils donnez-vous aux parents pour sensibiliser leur ado ?

Je conseille aux parents d'acheter à leur jeune un casque de bonne qualité avec un bon niveau d'isolation phonique plutôt que des écouteurs. Les ados ne doivent quant à eux pas écouter de la musique plus de trois à quatre heures d'affilée et ne jamais en écouter la nuit ! Il est en effet essentiel de mettre au repos ses oreilles. Enfin, il est important qu'ils mettent le son à mi-puissance. Ils doivent être raisonnables en somme, ce qui n'est pas toujours évident quand on est un ado...

Lire aussi