Bac d'anglais : la pétition pour réclamer l'annulation de l'épreuve agace...

La "question M" de l’épreuve d’anglais du vendredi 19 juin a agacé bon nombre de lycéens. Plus de 10 000 d’entre eux l’ont d’ailleurs fait savoir en signant une pétition qui réclame son annulation.

© Drivepix

Les élèves de terminale sont en colère et le font savoir via les réseaux sociaux. Plus de 10 000 bacheliers ont ainsi signé en près de 48 heures, une pétition en ligne réclamant l’annulation de la "question M" de l’épreuve d’anglais du vendredi 19 juin. Ils sont en fait nombreux à la juger trop difficile.

Deux mots inconnus et des questions mal formulées. Ce sujet d’anglais déchaîne les passions sur la page Facebook "Baccalauréat 2015 en France" comptant 125 000 inscrits. Au cœur du débat, un extrait d’Atonement, roman d’Ian McEwan, qui a déconcerté bon nombre d’élèves. La fameuse "question M" portait sur les états d’âme de Turner, un soldat de la Seconde Guerre mondiale. Les élèves de terminale devaient alors expliquer ses trois préoccupations (three of his concerns) et comment il gérait (is coping with) la situation. Les milliers de bacheliers estiment en fait que ces deux mots étaient inconnus et qu’il est "important de formuler des questions avec rigueur et clarté" pour ne pas pénaliser les élèves lors des résultats du bac.

Annulation pure et simple de la question. C’est un lycéen parisien prénommé Arthur qui a lancé la pétition, accompagnée d’une vidéo au goût discutable, sur le site Change.org pour demander au ministère de l’Education nationale l’annulation de cette question. " A la sortie de l'épreuve, j'ai parlé à un ami dans un autre lycée et j'ai découvert qu'il avait eu exactement le même problème que moi avec la question M. Alors j'ai lancé une pétition pour savoir si beaucoup d'autres l'avaient eu aussi, et c'est devenu viral. Plein de personnes n'ont pas compris le mot coping, c'est un mot peu courant ", déclare-t-il à l’AFP.

Annulation de la #QuestionM au Bac d'Anglais ! par nicolasdrahi

Une pétition de mauvais goût pour certains lycéens. Pour autant, cette pétition ne fait pas l’unanimité. Le fondateur du site @RadioLondres, Hugo Travers, a par exemple posté ce tweet : "en 2015, tu trouves une question dure et tu fais une pétition. Bourrée de fautes. Non, juste non." D’autres lycéens estiment qu’elle est de très mauvais goût et craignent même qu’elle fasse "passer leur génération pour des demeurés". Moins suivies, deux contre-pétitions ont par ailleurs été lancées.

Lire aussi