Haute couture automne-hiver 2012-2013 : les innovations des défilés

La haute couture représente le savoir-faire à la française. Mais savoir-faire ne signifie pas forcément vieille école. Du fin fond de ses ateliers au devant des défilés, la couture se réinvente pour montrer à quel point l'innovation est primordiale dans la mode.

Les innovations de la haute couture
© Paris Modes Productions

Les bureaux de tendance font la mode, mais les défilés la réinventent. A travers leurs ateliers et les idées de leurs créateurs, les maisons de couture ne cessent d'innover. Nouvelles matières, coupes révolutionnaires, techniques modernes, broderies fantasques, chaque fashion week repart avec son lot de découvertes et d'idées pour le futur.
Tout part d'une inspiration : un univers art-déco ou cinématographique pour Jean-Paul Gaultier, un procédé de peinture pour Raf Simons ou une nouvelle technologie pour Frank Sorbier. Rien n'est à renier. Après c'est au talent du styliste, aux artisans et aux petites mains expertes de traduire cette ébauche d'idée en création haute couture. Et justement, sur les podiums, ça donne quoi ? Des coupes architecturales futuristes en 3D, complètement arty et résolument Fritz Lang chez Gaultier. Un tissus imprimé floral fifties revu et corrigé par le peintre Sterling Ruby chez Dior. Une robe comme un écran avec images projetées chez Sorbier. Car le plus innovant des défilés haute couture automne-hiver 2012-2013 restera sans doute celui-là. En s'associant à Intel, le couturier a non seulement fait beaucoup parler de lui, mais il a surtout prouvé que la haute couture et le high-tech pouvaient collaborer. Il n'y a plus de limite.