Défilé Christian Dior : attendu

Très attendu, le défilé Dior était surtout le premier de Raf Simons à la tête de la maison de couture française. Verdict.

Défilé Christian Dior haute couture automne-hiver 2012-2013

S'il y avait bien un défilé attendu durant cette fashion week haute couture automne-hiver 2012-2013, c'est le défilé de la maison Dior. En effet, après le licenciement de son couturier emblématique John Galliano (jugé pour propos raciste), et quelques collections assurées par Bill Gaytten, le bras droit de ce dernier, Raf Simons a été choisi pour assurer la relève. Après un coup d'éclat chez Jil Sander pour son dernier défilé, le créateur belge était évidemment plus qu'attendu par le petit monde de la mode. Les stars étaient venues en nombre (Marion Cotillard, Sharon Stone, Natalia Vodianova...) tout comme ses homologues venues évaluer son travail : Alber Elbaz, Donatella Versace, Marc Jacobs... A en croire la presse, le couturier a passé l'épreuve avec succès, mais si on en croit les témoignages de fans et de lectrices sur les différents forums, l'essai n'a pas forcément était transformé.

Quand on regarde de plus près cette collection, on ne peut nier le talent et la maîtrise stylistique du créateur. Raf Simons se réapproprie les codes et l'ADN de la maison de couture, comme la fameuse veste Bar, tout en lui insufflant un vent de modernité et ses touches personnelles. Il s'inspire des archives des fameuses robes de bal pour les couper et les associer à des pantalons cigarettes

Alors d'où vient ce petit sentiment de déception ? Peut-être du manque de rêve, part essentielle et indissociable de la haute couture. Là où les modeuses et les curieux attendaient un coup d'éclat (dont Galliano avait le secret), Raf Simons se contente d'une partition peut-être trop attendue et sans vraie prise de risque. Pourtant, on ne peut nier que le créateur réussit le difficile exercice d'équilibriste de concilier sa rigueur minimaliste, qui faisait mouche dans la mode masculine, à l'héritage couture de la griffe féminine. Le résultat est là, satisfaisant mais on l'aurait peut-être souhaité un peu plus enthousiasmant. Mais pour ça, le créateur belge a encore plusieurs occasions de nous éblouir.

 

 Voir aussi : les photos du défilé