Le luxe embauche!

Hier, le Musée des Arts Décoratifs accueillait la signature d'une nouvelle convention entre le Comité Colbert et l'académie de Paris. Le but ? Favoriser l'orientation des collégiens et des lycéens vers les métiers de la main qui offrent aujourd'hui en terme d'emploi de nombreuses opportunités.

Les maisons de luxe n'existeraient pas sans l'excellence des métiers de main or elles peinent aujourd'hui à recruter des jeunes alors qu'elles connaissent un fort développement économique surtout sur les marchés internationaux. Selon Elisabeth Ponsolle des Portes, déléguée générale du Comité Colbert qui regroupe 75 maisons de luxe françaises, "Ce patrimoine immatériel porteur de notre culture doit être protégé. Nous devons maintenir le leadership de ces entreprises porteuses d'emploi". 

Effectivement, les chiffres ne mentent pas : le taux d'insertion des CAP bijouterie-joaillerie affiche fièrement ses 87%, Hermès est passé de 300 à 2000 artisans entre les années 1990 et 2010 et depuis la première convention signée en mai 2007 qui  a permis à 23 collèges de Paris et d'Île-de-France de découvrir les ateliers de grandes maisons de luxe comme Louis Vuitton ou Lenôtre, les récompenses de métiers d'art rattachées aux entreprises du luxe se sont multipliées avec 10 artisans reconnus Maîtres d'Art (sur 100 en France), 15 décorés des Arts et des Lettres et 75 qui ont reçu le titre de Meilleurs Ouvriers de France.

Une vingtaine de classes de collèges et de lycée ont ainsi été accueillies ce jeudi 31 janvier au Musée des Arts Décoratifs. Accompagnés d'artisans qualifiés de la Maison Van Cleef and Arpels ainsi que de médiateurs des Arts Décoratifs, les élèves ont pu découvrir la très belle exposition "Van Cleef and Arpels, l'art de la haute joaillerie" au cours de laquelle un film  leur a fait découvrir des artisans d'exception, les fameuses Mains d'Or™ (dessinateur, joaillier, sertisseur, lapidaire, polisseuse, diamantaire, etc.), sans lesquelles un bijou n'existerait pas. En parallèle de l'exposition, chaque étudiant pouvait échanger avec des élèves de l'école Boulle venus spécialement pour partager leur expérience de la formation joaillière.

Enfin, François Weil, recteur de l'Académie de Paris, a rappelé  à chacun d'entre eux dans son discours que cette nouvelle convention qui enrichit celle déjà signée en 2007 est "une noble tâche que partage l'école et l'entreprise. Aujourd'hui, ce partenariat est élargi à l'ensemble des collèges et lycées parisiens et des partenariats spécifiques seront multipliés avec les écoles d'art parisiennes pour rapprocher encore et toujours le monde de l'école et celui de l'entreprise". Ces métiers d'exigence et de passion qui participent au rayonnement culturel français  emploient plus de 37 500 personnes en France et proposent une vie professionnelle valorisante qui séduira, on l'espère, le plus grand nombre.

Programme de découverte professionnelle : info@comitecolbert.com


 Signature de la convention entre  Michel Bernardaud - François Weil - Elisabeth Ponsolle des Portes crédit photo Virginie Féry-Larreur