Haute couture : du rêve à revendre
Moteur de recherche

Partager cet article

RSS
Femmes > Luxe >  tendance haute couture hiver 2006
Luxe
11/07/2006

Haute couture : du rêve à revendre

Des inspirations moyenâgeuses, une sensualité éprise de la Renaissance espagnole, des créations orientales : le programme des défilés haute couture, qui se sont tenus du 5 au 8 juillet dernier, ne pouvait qu'éblouir.

  Envoyer à un ami Imprimer cet article  

Cette année, les 8 membres permanents de la chambre syndicale de la haute couture - Adeline André, Chanel, Christian Dior, Christian Lacroix, Dominique Sirop, Franck Sorbier, Givenchy et Jean-Paul Gaultier - ont été rejoints par 9 créateurs invités et 2 outsiders italiens - Giorgio Armani et Valentino - pour une semaine haute en couleurs.

De la Préhistoire à l'ère contemporaine
Si au pays de la haute couture, les modèles passent sans se ressembler, plusieurs créateurs ont fait du voyage dans le temps la source de toutes leurs inspirations, à commencer par Felipe Oliveira Baptista.

Robe cotte de maille dorée de Christian Dior

Le jeune portugais a fait des petites robes .hes et rouges ornées de jupons gonflés les supports d'ornements aux résonances préhistoriques. Squelettes, feuilles fossilisées et casquettes carapaces viennent ainsi habiller une femme couture pourtant terriblement moderne. Plus remarquée encore, la grandiloquence de John Galliano. Le créateur, qui fêtera bientôt ses 10 ans aux commandes de la maison Dior, a fait renaître Jeanne d'Arc de ses cendres. Dans un décor de jardin toscan, Galliano rêve la femme guerrière parée de longues robes bustiers en cotte de maille dorée et cuivrée ou plus punk, vêtue de leggings noirs, de plumes et d'armures-accessoires. Et c'est sans oublier un intermède surprenant : un tableau, consacré au surréalisme où les couleurs clinquantes côtoient des crustacés ornementaux, vient soudain entrecouper le défilé des guerrières. Décidément, Galliano n'est que surprises et éblouissements !

De son côté, Christian Lacroix a fait de la Renaissance espagnole le thème central de sa collection hivernale. Sublimées de broderies et froufrous en tout genre, la femme selon Lacroix se fait tour à tour élégante et chatoyante, arborant des co.s aux teintes chaleureuses, des petites robes noires rebrodées de perles de jais très sixties, des bustiers en éventail ou encore des petits boléros de soie et de velours. Un véritable dépaysement historique pour le plus exubérant des créateurs français qui a su concilier grâce et onirisme.

Allégorie du voyage, du rêve, de l'évasion
Au voyage dans le temps succèdent ensuite des péripéties dans des contrées lointaines ou simplement dans des univers méconnus qui laissent rêveur.

Robe en kimono ancien de Eymeric François

Pour la présentation de sa deuxième collection officielle de haute couture, le jeune créateur Eymeric François a ainsi su concilier inspirations orientales et tenues de soirées sensuelles à l'excès. L'ancien bras droit de Thierry Mugler intègre et réinterprète avec brio le kimono traditionnel, en constituant de nouvelles créations à partir d'anciennes pièces japonaises ou en parant ses robes d'angora et ses tailleurs d'étamine de longues manches dignes des plus belles tenues d'époque.

Chez Frank Sorbier, le rêve se fait moderne et bon enfant. Sa collection, centrée sur l'univers du cirque, est l'occasion de dévoiler un réel travail sur les volumes, le tout dans la bonne humeur évidemment. On retiendra notamment le jupon tutu en broderie et or compressé de l'écuyère, ou encore les pantalons larges très garçonne des clowns. Un univers qui n'est pas sans rappeler les grandes créations de la styliste surréaliste Elsa Schiaparelli…

Surréalisme encore avec la collection de Jean-Paul Gaultier qui, loin des exubérances de ses débuts, a pensé une femme résolument glamour et pleine d'humour. Le leitmotiv de la collection hivernale de "l'enfant terrible de la mode" : les matières précieuses. Les touches de vison, détails de renard et vestes de croco n'ont pas manqué à l'appel. Très remarquées parmi ses créations, une longue robe en velours parée d'un décolleté de renard habille la belle du soir d'une bête précieuse tandis qu'une robe du soir en velours noir à l'échancrure vertigineuse permet à une jolie cocotte d'arborer une épaule montée d'un sculptural coq en plumes.

Modernité et sophistication se rencontrent
Si les collections haute couture se prêtent facilement au jeu de l'exubérance, elles ont aussi été placées cette saison sous le signe de l'élégance.

Robe sur cuissardes en jean de Chanel

En tête de cette tendance, la maison Chanel a proposé une collection à la fois rock, moderne et résolument féminine. Karl Lagerfeld a pensé de longues cuissardes et mitaines tout en noir et jean déclinées, pour adapter ces collections inaccessibles à la femme du quotidien. La touche couture est dans le détail : des talons de bottes aux décolletés des robes de jour ou de soirée en guipure, le bijou est de mise grâce aux bons soins des ateliers Lesage, Montex et Hurel.
Dans un tout autre style, Adeline André conçoit également une couture de tous les jours. Ici, la sobriété des coupes et des couleurs s'impose. La créatrice joue plutôt sur les matières précieuses à l'image des cachemires et soies japonaises pour révéler des tenues en trompe l'œil, tour à tour robe et tailleur, ou robe et pantalon. Chic, choc ou adaptée au quotidien, la haute couture n'a pas failli à sa mission : faire rêver les amatrices de paillettes et d'émotions fortes.


Magazine Luxe Envoyer Imprimer Haut de page
A VOIR EGALEMENT
Votre avis sur cette publicité